L’ évasion fiscale sert la domination de l’oligarchie… paru dans Le Monde

COMPLOTISTE ! Mais oui, une telle information, quand elle sort de la bouche d’un citoyen lambda, c’est du complotisme. Cette fois, c’est Le Monde qui la publie. Le monde publie-t-il une thèse qui relève d’un quelconque complot gauchiste? Ou peut-être que cette analyse de la situation révèle-t-elle l’incroyable complot organisé, alimenté et plébiscité dans les coulisses de l’Etat ?

évasion fiscale

L’ évasion fiscale sert la domination de l’oligarchie… paru dans Le Monde

L’article paru sur lemonde.fr,  est reproduit ci après dans son intégralité. La France se révèle n’être qu’une République bananière ! Pour une fois, je n’ai rien a réécrire de l’information que je vous présente. Si ça se reproduit trop souvent, je vais penser que le Monde cherche à décrédibiliser « ma petite entreprise » qui ne connait… que la crise.

Par Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, sociologues

Si l’évasion fiscale finit sa course sous les palmiers d’îles lointaines ou de pays d’Amérique du Sud comme le Panama, elle s’organise en réalité au cœur des pays les plus développés avec l’Etat du Delaware, aux Etats-Unis, et les paradis fiscaux qui sont au cœur de l’Europe comme le Luxembourg, le Royaume-Uni ou la Suisse.

L’évasion fiscale est un des instruments de domination des plus riches pour obtenir, avec la construction de déficits publics, le consentement des peuples à rembourser des dettes qui ont pour réelle vocation d’enrichir toujours plus les déjà nantis.

Le refus des plus riches de contribuer aux solidarités nationales en payant leurs impôts à hauteur de leur fortune est donc confirmé avec les dernières révélations sur les montages opaques d’une société panaméenne. Il s’agit bien d’une oligarchie qui, à l’échelle de la planète financiarisée pour le seul profit de ses membres, organise, dans le secret, le plus grand casse des temps dits « modernes ».

En France, l’intégralité de la classe dominante est mobilisée depuis le sommet de l’Etat, avec un paquebot de Bercy qui vogue sous pavillon de complaisance, et le soutien ou la complicité de nombreux énarques, d’avocats fiscalistes, de banquiers, d’économistes à la langue experte, de patrons et d’une partie de la presse.

Ainsi une dérogation au droit commun instituée par une loi en 1977 aboutit à ce que seul le ministre du budget ait le pouvoir d’engager ou non des poursuites auprès des tribunaux correctionnels…

Source : lemonde.fr

Partagez l’ignoble analyse de l’ignoble journal subventionné (16M€/an) par l’ignoble gouvernement qui est le nôtre :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *