France : des forêts protégées menacées par l’exploitation minière

Des forêts protégées sont menacées par un décret de loi du ministère de l’agriculture! C’est un changement majeur de la législation spécifique à ces lieux naturels protégeant le territoire et sa population qui est visé. En effet, l’exploitation minière y sera désormais autorisée, au grand damne des amoureux de la nature bien sûr, mais aussi au mépris du cadre légal qui s’impose normalement à toute modification de la législation sur des questions d’environnement…

forêts protégées

Sans ces forêts, certaines zones urbaines sont à la merci des éléments

France : des forêts protégées menacées par l’exploitation minière

Des forêts d’une importance capitale

Les espace concernés sont les « forêts de protection », des espaces boisés classés par l’État pour assurer le maintien des sols contre l’érosion, les avalanches, les coulées de boues ou autres risques d’incendie.

Sont également concernés : les bois et forêts situés à la périphérie des grandes agglomérations. La raisons sont d’ordre écologique, mais pas uniquement, car ces massifs forestiers sont un atout majeur du bien-être des populations.

Pour toutes ces raisons, les forêts de protection bénéficiaient jusqu’alors de mesures drastiques visant à les préserver. Ainsi, la législation rendait impossible la réalisation de certains travaux, notamment les travaux liés à l’exploitation minière.

Un retour en arrière en dehors du cadre légal

Mais aujourd’hui, ces forêts protégées pour l’importance qu’elles représentent, ne bénéficient plus de la garantie d’être préservées. En effet, le ministère de l’agriculture veut y légaliser la possibilité de :

mener des travaux recherche ou d’exploitation souterraine de ressources minérales

Selon le ministère, le décret ne doit pas « compromettre la conservation ou la protection des boisements ». Il ouvre pourtant grand la porte à l’exploitation minière. Comment celle-ci pourrait-elle ne pas dégrader les forêts et leurs écosystèmes ?

forêts protégées

Il existe pourtant dans la loi pour la reconquête de la biodiversité, adoptée en août dernier, un principe de non-régression :

les dispositions législatives et réglementaires relatives à la protection de l’environnement ne peuvent faire l’objet que d’une amélioration constante

Le moins que l’on est en droit d’attendre de nos politiques est le respect des lois qu’ils ont eux-même votées quelques mois auparavant…

37 000 voix s’élèvent pour les Forêts de protection

Le ministère de l’agriculture ne perd pas de temps : le décret doit entrer en vigueur dès le 1er mars. Pour manifester leur opposition, 37 000 signataires ont validé la pétition envoyée au gouvernement avant la fin de la consultation publique ce 20 février.

Cela suffira-t-il à préserver ces forêts de protection dont nous avons tant besoin ? J’en doute. Ce dont je suis certain en revanche, c’est que la loi pour la reconquête de la biodiversité en prend un bon coup pour sa crédibilité… engageant par là même celle d’un gouvernement qui, lui aussi, est sur le déclin.

Source sauvonslaforet.org

Nos politiciens s’affranchissent des lois qu’ils ont eux-mêmes votées. Des espaces naturels important pour la population sont directement menacés. Pensez-y au moment de voter et faites connaître cette info sur les réseaux sociaux : 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *