La génération Y, un nouvel idéal de vie ?

J’ai regardé pas mal de reportages et lu quelques études sur la génération Y, génération dont je fais partie, étant né en 1993. Tout ça cogitait dans ma petite tête, jusqu’à cette conversation cet été avec ma grand-mère qui m’à confirmé quelques faits que j’ai envie de partager avec vous.

génération y

La génération Y, un nouvel idéal de vie ?

D'après un texte d'Antoine, globetrotter invétéré de 23 ans...

J’annonçais donc à ma grand-mère notre départ avec Amandine pour un tour du monde à la fin de l’année…

J’ai lu alors l’incompréhension sur son visage. Mais pas la même que pour le premier tour du monde effectué à mes 18 ans. Son expression ne traduisait plus «Quelle est cette idée?» mais désormais: «Pourquoi se maintient il dans cette idée?». Elle m’a alors posé la totalité des questions suivantes:

  • Tu ne veux pas Antoine te lancer enfin dans un métier ?
  • Tu ne mets pas d’argent de côté pour ton avenir ?
  • A 24 ans tu n’auras pas de chez toi ?
  • Quand tu rentreras tu seras toujours au même point de départ ?
  • Tu ne veux pas faire comme tout le monde ?
  • Tu ne penses pas devoir te créer une situation ?

Je lui ai dit à nouveau que je n’aspirais pas à tout cela. Pour le moment je demandais à apprendre de la vie, à connaitre ce monde, à vivre des expériences, me créer des souvenirs et vivre de fortes émotions.

Mais cela ne suffisait pas, elle cherchait toujours à comprendre mon raisonnement. Je voyais ma petite mamie perturbée, elle me demandait comment je voyais les choses, sans parvenir à comprendre. Je lui ai expliqué que cette incompréhension était accentuée par la différence de génération. Le monde change. Les mentalités aussi, les objectifs et sources de satisfaction changent également. Je lui ai alors parlé de la génération Y…

La génération qui a tout mais qui ne vie rien

La génération Y, celle qui a un accès facile à toutes sortes d’informations, sans n’avoir rien connu. Génération qui n’a pas vécu la guerre ni la crise, qui est née à une époque la plus stable qui soit. Génération qui n’a pas connu d’expérience forte, ni rien vécu d’exceptionnel. Génération qui n’a pas créé son objectif de vie, mais qui la reçu sans grandes motivations. Génération qui a tout, mais qui ne vit rien.

A chaque génération son idéal

La génération de ma grand-mère sortait de la guerre. A l’époque, il était normal pour un couple d’avoir comme idéal de vie de bâtir un chez-soi et de l’approvisionner. C’était alors l’objectif de beaucoup de gens et nos grands-parents ont tout fait pour l’atteindre.

Ensuite nos parents sont arrivés

La société évoluant, le niveau de vie et les mentalités aussi, le nouveau rêve de vie n’était plus seulement de bâtir un foyer, mais d’avoir une situation stable et d’accumuler des biens physiques, en consommant toujours plus. Je perçois, pour ma part cet objectif de vie que l’on tente de nous imposer, comme le fait de devoir construire un empire plus gros que celui du voisin.

Une voie toute tracée

Nous, la génération Y, nous sommes nés dans ce rêve de vie atteint par nos parents. Depuis qu’on est gamin on nous dit qu’il va falloir choisir une voie d’étude, pour se spécialiser dans une branche dans laquelle on travaillera toute notre vie. On nous dit qu’il faudra donner le maximum de nous-même pour évoluer dans notre métier. Qu’il faudra acheter une maison avec grand jardin. Décorer notre maison à la manière de Déco et compagnie… Bref, une vie de travail pour avoir le droit de consommer le soir en sortant du boulot.

Mais pourquoi nous battre toute notre vie pour un idéal qui n’est pas le notre ? Pourquoi devrions-nous continuer de vivre le rêve de nos parents ?

Nous sommes une génération lassée de cette vie, une génération voulant vivre notre part d’expérience, vivre notre propre rêve. Pourquoi ne pourrions-nous pas vivre quelque chose de nouveau ?

génération y

La génération «pourquoi ?»

C’est marrant je viens de demander « pourquoi ? ». On dit aussi de la génération Y, qu’elle est la génération «Why?», la génération «Pourquoi ?». Les études révèlent que la tendance de cette génération Y, est de chercher à comprendre, de vouloir savoir pourquoi… A l’école, pourquoi j’apprends tel sujet ? Au travail, pourquoi je dois faire ça ? Nous sommes là, à toujours demander pourquoi, à toujours nous questionner, à remettre les choses en question.

La génération Internet

Depuis tout petit, à l’école on nous apprend de tout et de rien. On parle de plein de choses, on étudie plein de faits mais sans savoir pourquoi.

Nous sommes une génération née dans l’Internet, cette ouverture sur le monde qui nous permet de voir les choses autrement. La curiosité est grande, nous voulons savoir le pourquoi de tout ça ? Pourquoi la vie ? Pourquoi Moi ? Nous ne sommes pas satisfaits par les réponses qui nous sont données.

La génération Y est née avec de nouvelles valeurs, comme l’écologie, le partage et l’égalité des peuples. Nous aspirons à de nouvelles façons de vivre nos vies. Nous voulons du changement. Nous sommes à la fois une génération qui adopte et se lasse vite. Une génération en changement perpétuel, qui a besoin de vivre toujours quelque chose de plus. Nous voulons profiter de la vie, vivre d’imprévu, d’adrénaline, de sensations et d’émotions.

Un besoin de liberté

On a besoin de s’évader de cette vie stérile qui petit à petit nous zombifie et nous fait oublier nos rêves. La preuve, de plus en plus de jeune s’échappent dans des mondes virtuels avec les jeux vidéos, d’autres passent leur temps sur le net, à travers photos, reportages vidéos…

Nous voulons faire nos propres expériences de vie et nous avons compris qu’elles ne viendront pas toutes seules. Alors nous partons les chercher nous-mêmes. En plus de cela, nous vivons en France, dans un système de plus en plus lourd à vivre au quotidien, toujours plus réprimé, surveillé. Il y a de plus en plus de normes. La vie est de plus en plus codée, donnant la sensation d’être enfermé. On a besoin de s’enfuir et retrouver sa liberté.

génération y

Vivres ses propres expériences

Voila pourquoi aujourd’hui les jeunes ne rêvent plus d’acheter une grande maison et une belle voiture. Ils préfèrent utiliser leur argent pour vivre des expériences, vivre des sensations et ressentir des émotions, se créant ainsi des souvenirs de vie.

C’est comme ça, que j’expliquais à ma grand-mère que petit à petit, la génération Y partait de plus en plus en voyage. Que chez les jeunes d’aujourd’hui le « rêve de vie » est en train de changer, et que notre nouvel idéal est de « vivre un maximum d’expérience au jour le jour ».

Namasté

Vous pouvez retrouvez les aventures d’Antoine sur son blog: antoinesurlesroutesdumonde.com et sur sa page facebook: Antoine sur les routes du monde

Cette génération Y a des choses à dire, soyez son relais en partageant ce texte d’Antoine sur les réseaux sociaux:

16 Commentaires

  1. Je suis né en 1994 et je partage certaines des analyses d’Antoine, notamment sur notre quête de sens, comprendre le «pourquoi»… D’ailleurs bon nombre de jeunes ne veulent plus vivre dans les mensonges propagés par les médias, les élites, les dirigeants

    Par contre pour moi ça ne s’applique qu’à une minorité, notre génération globalement est une des pires, une génération d’égocentriques élevés dans l’individualisme, en mode «je veux tout, tout de suite», abrutis par Hanouna et autres et dont les préoccupations se résument en gros à leur prochain Smartphone ou à leur prochaine murge. Certes, une minorité qu’Antoine représente, est quasiment l’inverse, mais ils n’ont pas le nombre de leur côté hélas !

    En tous cas c’est un super voyage qu’il a fait, il faut qu’il garde cet esprit positif 🙂

  2. Merci pour cet article, je me reconnais bien là, il me fait me sentir moins seul. Je n’ai pas encore fait le tour du monde mais 3 voyages en asie et une expatriation bientôt j’espère.
    Je vais suivre vos avantures sur le blog…

  3. Super texte, merci pour le partage d’expérience !

  4. Je suis québécois et je ne me suis pas rendu compte que tu étais Français avant de le mentionner, beaucoup de jeunes ont le même idéal de vie et continuer à voyager et amasser des expériences de vie plutôt que des biens.
    Tu fais une belle distinction entre les générations, leur vécu et leurs rêves, ce qui explique en partie nos si grandes différences. Je l’avais jamais lu comme ça, bien dit.

  5. Salut! Je me demandais si ta mamie avait compris finalement. 🙂 Quelle était son opinion par la suite?

  6. Génial. Mille Merci pour ce témoignage avec autant de vérité.
    Je suis maman d’une jeune fille de 17 ans qui ne fais pas partie du moule. A ma grande fierté. Depuis toujours, je garde espoir dans cette nouvelle génération qui change le monde.
    Mon regard et mon cœur s’émerveillent de cette optimisme qui grandit chaque jour un peu plus.
    Bravo et belle découverte du monde et de la vie.
    Chantal

  7. ça explique pas mal de chose que j’avais pas réalisé sur mon propre fonctionnement! Et ça me rassure de voir que je suis pas la seule à avoir entendu ces questions de la part d’un membre de ma famille! Je me demande si au final on est tous dans ce cas

  8. « vivre un maximum d’expérience au jour le jour »???Mais aux frais de qui???Sous la protection de qui??

  9. c’est bien beau mais qui paye pour tout ca?Qui vas se plaindre plus tard de pas avoir une cenne et faire le bacon devant le gouvernement pour qu’il lui paye une retraite vivre dans le reve c’ est utopique

  10. C ça exactement ça !
    sauf que ce n’est pas une génération, mais bien pls qui sont concernées ^^
    cinquantenaire g le même mode de vie que toi depuis plus longtemps 😉
    marginale ?
    hé oui et même marginale de la marge puisque « trop vieille » pour appartenir à votre génération.
    Il serait bon d’arrêter de raisonner par tranche d’ages ou de couleurs ou de religion ou de sexe ou etc … et de considérer uniquement LA personne.
    Bonne route, que les vents qui te portent soient lumineux et doux comme l’amour brother.
    Namaste

  11. Bonjour,
    N’appartenant pas a la génération « y » j’en ai pourtant les convictions .J’ai bientôt 52 ans, ce que je confirme de mon expérience ce résume en 2 mots pour moi être et avoir !
    Arrivé à une période de la vie ou l’on s’est battu pour avoir,et bien maintenant l’envie de tous bazardé et d’être enfin.
    Me serai-je trompé de génération ! .
    Entré trop jeune dans le model de nos parents était la seul voie à l’époque de mes 20 ans,vous avez la chance de la libre circulation.
    Profité tant que vous pouvez de votre liberté.
    Bonne route
    Dom

  12. Intéressant, mais franchement, il vaudrait mieux faire des corrections avant de publier un texte; car pour certains, cela pourrait leur devenir pénible à lire. Il n’empêche qu’il y a un fond de véracité. Toutefois, j’aimerais préciser que cette génération Y est propre à certains pays, principalement à l’Occident et qu’elle ne définit pas tout le monde né entre la fin des années 80 et la fin des années 90. J’aimerais aussi préciser que les idées avancées ici me semblent applicables à une frange de cette génération, principalement celle issue de la classe moyenne. Qu’en est-il des enfants nés de familles où l’argent transpire de leurs pores comme vache qui pisse ? Et qu’en est-il de celles et ceux qui sont nés avec une écuelle vide qui troue la panse et qui ne vit que pour ressentir les maux déplaisants de la vie ? Il n’empêche que le sujet est intéressant et qu’il s’agit d’un constat personnel avec toute la subjectivité que cela implique. Sur ce, je tends ma main et je lève mon chapeau.

  13. Salut Antoine,
    Ton analyse et ton expérience sont super intéressants. Je ne suis pas de la génération Y, mais X, j’ai 34 ans. J’ai moi-même beaucoup voyagé et à ma propre initiative depuis mes 21 ans, sur les 5 continents. Ces expériences de vies apportent effectivement beaucoup, et le contact avec d’autres cultures ont été essentielles dans mon parcours personnels, pour mon ouverture d’esprit, et permet de vraiment apprendre à connaître les personnes que l’on rencontre plutôt que d’avoir des préjugés. Cependant, je comprends aussi ta grand-mère. J’avais presque 30 ans quand je suis rentrée en France, essentiellement parce que mon corps était affaibli de mes 3 crises de palu consécutives. J’ai eu beaucoup de chance d’avoir un job intéressant à mon retour, et j’ai surtout apprécié retrouvé ma famille et mes amis, et surtout, une santé ! Bref, tout ce que je vous souhaite à tous les 2, est de vivre cette super expérience que vous vivez, à fond (YouOnlyLiveOnce « YOLO »), et de garder en tête que ce qui est profondément important est la santé, l’amour de la famille et des amis, de partager tous ces moments avec des personnes qui vous sont chers… Ne considérez pas trop que la France est un pays surveillé etc, car nous avons une chance incroyable de vivre dans une Europe de liberté et de démocratie, où les scandales sortent et ne sont pas cachés par un régime dictatorial, où chacun peut exprimer ses idées, et où on ne met pas les opposants ou les intellectuels et autres artistes en prison ou pire.
    J’espère que cela peut éclairer tes questionnements, et te souhaite bon vent 🙂

  14. je suis une grand-maman née dans les années 60, et quand je te lit, j’y vois de l’espoir, j’aurais aimer avoir ton courage et ta liberté d’esprit et je vois un bel avenir pour le monde avec des jeunes comme toi 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *