Les nouveaux records de température s’enchaînent à un rythme effréné

Les climatologues de la Nasa nous assurent que 2016 sera l’année la plus chaude jamais enregistrée, depuis le début des relevés de température en 1880. Elle dépassera allègrement le précédent record qui remonte à… l’année dernière! Cette année 2016 atteint déjà les +1,5°C de hausse fixés à la COP21 à l’horizon 2100 !

Crédit image NOAA
records de température

Températures bien plus élevées que les moyennes attendues de janvier à avril 2016.

Record mensuel battu 12 fois ces 12 derniers mois

La hausse globale des température de la planète ne semble pas marquer le pas. Loin s’en faut. D’année en année, les records de chaleur s’accumulent. De mois en mois aussi. Avril 2016 a été le mois d’avril le plus chaud jamais enregistré sur la planète depuis le début des relevés de température en 1880. Il s’agit du douzième mois consécutif au cours duquel un record de chaleur a été battu, soit la plus longue période dans les annales de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration).

A ce rythme, 2016 est presque assurée d’être l’année la plus chaude jamais enregistrée, détrônant l’année 2015 qui avait elle-même battu le record de 2014. Gavin Schmidt, expert du climat auprès de la Nasa, a fait ses calculs. Si la tendance annuelle suit celle des quatre premiers mois de l’année, ses chances de dépasser le record de 2015 sont supérieures à 99%, autant dire que s’il ne neige pas au 15 août… c’est cuit.

Objectif COP21 : « +1,5°C maximum pour 2100″… on atteint déjà +1,45°C mi 2016

Non seulement les records se suivent, mais les écarts se creusent. Les « anomalies » par rapport aux températures moyennes attendues, comme les appellent les climatologues, sont de plus en plus importantes. Ainsi en avril, l’anomalie est de +1,45°C, selon l’organisation Climate Central. Soit une hausse qui flirte déjà avec +1,5°C, le seuil en ligne de mire à l’issue de la COP21, fixé comme objectif de limitation du réchauffement climatique… à l’horizon 2100. La réalité dépasse toutes les prévisions.

Bien sûr, le réchauffement climatique n’est peut-être pas le seul coupable: le courant chaud équatorial du Pacifique El Niño, particulièrement puissant en 2015-2016, a contribué à cette montée record des températures. Mais l’accélération du phénomène semble désormais actée, ce qui ne laisse rien présager de bon. D’après Michael Mann, climatologue à l’université d’État de Pennsylvanie, cité par Climate Central :

Le fait que nous commencions à franchir des seuils-clés à un rythme mensuel est le signe que, bientôt, ces seuils seront franchis de manière permanente.

Source : lexpress.fr

La planète a chaud, les conséquences sont graves. Le dérèglement qui en résulte est la promesse d’événements climatiques extrêmes à répétition. Faites-le savoir sur les réseaux sociaux : 

Un Commentaire

  1. Retour PingLes nouveaux records de température s'en...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *