L’incroyable capacité des abeilles pour compter et reconnaître les visages

Aurore Avarguès-Weber est une jeune chercheuse toulousaine primée pour ses travaux, elle a montré la capacité des abeilles à accomplir des tâches complexes, comme compter ou reconnaître un visage humain.capacité des abeilles

L’incroyable capacité des abeilles pour compter et reconnaître les visages

Les abeilles sont fascinantes, dotées d’intelligence et capables d’accomplir des tâches complexes. C’est ce qu’Aurore Avarguès-Weber, 31 ans, chercheuse à l’université des Sciences de Toulouse, a démontré. Elle a reçu pour ses travaux, un prix de la fondation L’Oréal-Unesco au printemps dernier.

La scientifique explique que ces travaux, réalisés dans le cadre de sa thèse, ont permis de démontrer de manière empirique :

la grande capacité d’abstraction des abeilles: elles savent compter et reconnaître un visage.

Un cerveau pas plus grand que la tête d’une épingle

capacité des abeillesPlacées à l’entrée d’un labyrinthe, les abeilles, a-t-elle pu observer, ont identifié différents signes représentés sur une cartographie et, après un rapide apprentissage, elles ont régulièrement choisi la sortie portant le signe menant à une récompense.

Malgré un cerveau pas plus grand qu’une tête d’épingle, les abeilles sont dotées « d’une bonne vision et d’une grande mémoire », ajoute Aurore A.W.

Elle a par ailleurs prouvé que ces insectes n’étaient pas uniquement guidés par leur instinct. Grâce à un test réalisé en plein air, la jeune femme a mis en évidence :

leur capacité à adapter leur comportement à leur environnement et aux expériences vécues.

Jusqu’alors, cette faculté de mettre des éléments en relation était considérée par la communauté scientifique comme l’apanage des humains et de certains singes. Mais la chercheuse persiste et signe :

On pense souvent que seuls les grands singes sont dotés d’intelligence, mais c’est faux.

Comprendre les abeilles… Pour comprendre l’Homme

La jeune femme souhaite désormais comprendre comment les abeilles réalisent des tâches de cette complexité avec si peu de neurones, soit un million, contre 100 milliards pour un être humain.

Elle envisage plusieurs pistes de réflexion: leur cerveau dispose-t-il d’une méthode plus efficace que l’homme pour traiter les informations? Ou serait-il possible qu’un même neurone fût utilisé pour des fonctions différentes ? Un mystère supplémentaire que pourrait bien éclaircir un jour Aurore Avarguès-Weber, aidée de ces abeilles… petites mais intelligentes !

Pour en savoir plus : Aurore Avarguès-Weber, butineuse de savoirs , paru sur la-croix.com

Un Commentaire

  1. incroyale, mais je ne suis pas étonnée.
    le soucis N°1 de l’écologie mondiale est pour moi la protection des abeilles. une abeille tuée= des millions de particules d’oxygène en moins (tout par système indirecte, grâce à la pollenisation qui permet la fructification et répartitions de plante et d’ARBRE) qui produisent l’oxygène et pour sertaine flore permettre un système de filtrage des eaux….
    donc.
    voici quelques petites histoire qui pourrais éviter à sertaine personne de paniquer, car elles sont nos amis si on veux bien d’elles.
    j’ai constaté que les abeille sentent nos intentions. si on leur fait confiance, ou aucun mal, elles le sentent à travers notre chaleur que l’on dégage ou lecture du champ magnetique humain comme celui de la terre. un jour l’une d’elles m’a cogné l’oreille et s’est coincé en rebondissant dans mes cheveux, en plein milieux d’une route, j’ai failli crier au secours, lorsque j’ai pris sur moi pour lui faire confiance en me disant, qu’il n’y ai aucune raison qu’elle me pique, car je ne me suis jamais fais piquer par une abeille et ça n’arrivera pas. Je l’ai aidé délicatement avec mes doigt à se dégager de mes cheveux, tout en prenant sur moi mon calme. donc je l’ai aidé et elle est partie.
    souvent les matins en attendant le bus au même arrêt, une abeille arrive, elle vole en surplace devant moi comme si elle venait me sentir, elle stagne en plein vole puis elle repart.
    je pense que c’est la même, qui un matin est rentré dans ma cuisine, je l’ai fais gentillement partir avant que mon conjoint la tue. moins d’une minute plus tard après être sortie par la fenêtre, elle est rerentré, à stagné devant moi pour me sentir puis à repris le même chemin pour s’envoler aussi tôt.

    voilà il ne faut pas en avoir peur, elles sont très gentille. et surtout ne pas les tuer !!

Les commentaires sont clos.