Des paysans rachètent un supermarché pour vendre directement leurs produits

Comment faire pour vendre sa production maraîchère directement aux consommateurs, en esquivant les réseaux de distribution traditionnels, qui alourdissent la facture des consommateurs et réduisent comme peau de chagrin les marges des petits producteurs ? Ils sont 35 agriculteurs ou paysans Alsaciens a s’être posés la question. La réponse fut toute simple… se regrouper pour acheter un supermarché !

Des paysans rachètent un supermarché pour vendre directement leurs produits

Les initiatives paysannes pour passer outre la grande distribution se multiplient ces derniers temps. A l’image des 35 agriculteurs du Grand-Est qui se sont regroupés pour racheter une grande surface à Colmar, pour y vendre leurs produits directement du producteur au consommateur.

L’initiateur du projet, qui représente le collectif des 35 paysans est Denis Digel. Il préside le collectif des maraîchers de Sélestat, il explique comment est né ce projet de rachat :

L’idée m’est venue il y a longtemps. Je suis maraîcher et pratique la vente au détail depuis longtemps mais j’en avais assez de livrer mes produits à la grande distribution, de cette pression perpétuelle sur les prix et les services et la situation ne cesse de se détériorer.

paysans rachètent un supermarché

Avec d’autres agriculteurs, le paysan a ainsi racheté un ancien magasin Lidl « pour livrer le consommateur directement ». Le magasin rebaptisé Cœur Paysan est un lieu de vente directe où les agriculteurs tiennent des permanences régulières. Ce point de vente est un moyen de proposer d’autres produits, de valoriser les savoir-faire ancestraux des producteurs, ceux dont la grande distribution ne veut pas « où tout est calibré et standardisé », affirme le maraîcher. Lui-même cultive 35 sortes de tomates, « mais les supermarchés ne m’en prennent que deux sortes ».

A produits identiques, nous sommes moins chers qu’en grande surface.

paysans rachètent un supermarché

Répondre à une demande de produit locaux en forte hausse

Pour Denis Digel et ses collègues, l’objectif est aussi de répondre à une demande en forte augmentation pour les produits locaux. Les agriculteurs sont situés à moins de 40km du magasin. En termes de prix, le porteur du projet indique que dans leur supermarché reconverti:

Les fruits et légumes sont moins onéreux, par exemple le kilo de mâche est vendu 10 euros alors que les grossistes les revendent 12 à 13 euros le kilo (…) Certains produits sont plus chers, concède le maraicher comme les fromages artisanaux, mais la qualité n’est pas la même.

La fin de l’anonymat alimentaire

Concernant le modèle économique du magasin, là encore le mode de fonctionnement est différent de celui de la grande distribution. Les agriculteurs sont propriétaires de leurs produits jusqu’au passage en caisse où une commission de 22 à 32% est prélevée par le magasin. Les producteurs sont ainsi responsables de leurs produits face aux consommateurs et ce sont eux qui en fixent les prix.

Les paysans tiennent également des permanences, de deux demi-journées par mois minimum. Une présence appréciée par les consommateurs qui y voient ainsi un moyen d’avoir une transparence totale sur ce qu’ils achètent. « C’est la fin de l’anonymat alimentaire », souligne Denis Digel, pour qui cet échange producteur-consommateur est important:

On a besoin du retour du consommateur, c’est valorisant et puis nous adaptons, si possible, notre offre à leur demande. Par exemple, des clients ont demandé des nems au volailler pour le nouvel an chinois. Ils ont tous été écoulés!

paysans rachètent un supermarché

Chez Coeur Paysan on affiche pas que les prix !

Chez Coeur Paysan, on peut découvrir ou redécouvrir des variétés de fruits et légumes oubliés car délaissés par la grande distribution : c’est une chance gustative et nutritive ! De plus, on achète des produits frais au juste prix, qui rémunèrent correctement les petits producteurs… il n’est pas difficile d’imaginer que ce supermarché pas comme les autres fera bientôt des petits. Peut-être faut-il simplement que cette expérience soit connue du plus grand nombre, pour que d’autres paysans emboîtent le pas de leurs collègues Alsaciens.

Coeur Paysan : 84 Route de Neuf-Brisach, 68000 Colmar – Tel 09 67 83 57 31 – le site internet coeur-paysan.com

Faites connaitre ce magasin pas comme les autres à vos amis. Plus nous serons nombreux à plébisciter ce type de projet, plus il y aura de chance de voir s’ouvrir d’autre points de vente respectueux du labeur des petits producteurs:

38 Commentaires

  1. Marie Anne Darcy

    Enfin quelle belle initiative, dommage que vous soyez si loin
    J’espère que vos confrères maraîchers et éleveurs à travers la France vont suivre votre exemple et que nous pourrons enfin vous encourager dans ce métier qui est le vôtre et qui demande autant de courage que d’innovation et d’abnégation

    • Balle-Gourdon Suzy

      Ce serait super de venir s installer sur. Paris.
      Il y. A bien les. « Amas ».et la ruche. Qui di oui mais c est pour les bobos qui ont des revenus plus ou moins conséquents .les retraités appréciraient.

  2. Bravo pour ce genre d’initiative. Je vous souhaite la plus grande réussite et que ce genre de commerce fasse des émules.

    • Je pense que ce genre d’action va être de plus en plus fréquent se qu’il faut c’est que cela se passe à tous les étages de la PME à la Multi nationale les unions sont utiles et méritoire d’être cultivé avec attention.

  3. Gommé Danièle

    Très bonne initiative mais les légumes sont ils « bio » ??

  4. PERENNES Martine

    super, il en faudrait plus dans toute la France. personnellement je me fiche pas mal que mes tomates ne soient pas rondes, quand elles sont coupées cela ne se voit plus. l’important c’est quelles aient du goût. Bravo pour votre initiative

  5. bonjour,
    je suis pour ce genre de magasin, ou comme souvent vente à la ferme. Mais j’ai un petit reproche à faire aux producteurs , souvent il vendent plus cher que les grandes surfaces, en prétestant que c’est de la qualité.D’un coté je suis d’accord, mais je pense que les ventes sont meilleurs quand les prix ne sont pas exagérés, même si la marchandise d’accord,normalement est meilleurs.Le principal est de vendre plus cher que les industriels paient leur marchandise, pour çà d’accord.Ils ont des frais de magasin aussi , mais qu’ils fassent trè
    s attention aux prix ,sinon ils n’auront rien compris.

    • Jolivet Marie-Françoise

      Et que les consommateurs fassent très attention à ce qu’est la gestion d’une grande surface, comment elle ruine et fait disparaître les petits producteurs, et quels sont les vrais choix à faire pour que le monde où nous vivons reste humain…

  6. félicitation dommage que je n’habite pas à Colmar je serai une de vos clientes , si je vais par chez vous je m’arrête à bientôt

  7. ELISABETH COUTARD

    BRAVO CONTINUEZ

  8. bravo autrefois les paysans vendait eux même volailles lait et légume mais tout a changer bon courage et bon vent pour cette initiative

  9. Bravo à eux. A quand la même chose à Douai ?

  10. Un producteur de pommes, poires par exemple est payé 20 cts le kg pour des pommes que l’on retrouve à + 2€/kg ds une grde surface à moins de 50 km. Les producteurs et les consommateurs se font volés. les candidats parlent salaires mais ce qui est important est le pouvoir d’achat. aucun ne parle des marges de la grande distribution. !je souhaite que cet exemple fasse beaucoup d’émules

  11. Belle initiative, à étendre sur tout l’hexagone.
    Merci

  12. gimenez jacqueline

    Bravo pour cette démarche qui j’espère fera des petits.

  13. Magnifique ! Une super idee !
    Je vous souhaite une grande reussite.
    Et pleins de magasin ‘Coeur Paysan » ailleurs

  14. Vous permettez de boycotter les grandes enseignes, en espérant que cela se développe.

  15. Bravo belle idée économique, maintenant on partage et vous messieurs essayez de convaincre vos collègues d’ouvrir ailleurs, partout en France de nouveaux superagri marchés 😉

  16. Super ! … marché…
    Notons que ce type d’expérience n’est pas tout à fait une nouveauté car il y en a déjà beaucoup partout en France… Dans la région lyonnaise par exemple : Un dimanche à la Campagne, la Super Halle d’Oullins etc. Effectivement c’est à multiplier toujours à l’initiative des producteurs agricoles en lien avec les consommateurs

  17. Moi aussi je trouve cette initiative excepti0nnelle.
    Bravo. Bravo

  18. Vraiment pas trop tôt, vive nos agriculteurs et sauvons notre terroir

  19. lamoureux sylvie

    Si le magasin prend 22 à 32% ,à combien reviennent les produits vendus au passage à la caisse?Au meme prix qu’un super marché?si c’est le cas, il n’y a pourtant pas d’intermediaires.

    • Fabrice Renault

      Je reprend l’exemple de « la mâche vendu 10€ le kilo » chez Coeur Paysan. Admettons que le magasin prélève 25%, reste 7,50€ du kilo pour le producteur.
      Chez Auchan, le kilo de mâche est vendu 12,50€ le kilo, provenant d’un grossiste qui la facture peut-être 8€/kilo, l’ayant lui même acheté à un producteur pour quelque chose comme 5€/k grand maximum.
      Résultat : le producteur gagne 50% de plus (7,50 au lieu de 5€) et le consommateur paye 20% de moins (10€ au lieu de 12,50).

  20. Bonsoir,
    Une initiative très innovatrice, le fait que des agriculteurs rachètent un supermarché.
    Une solution a développé un peu de partout en France, comment pouvons nous faire réagir d’autres agriculteurs à ce système ?

    cordialement
    Danielle

    • Fabrice Renault

      Je n’ai pas de solution miracle pour que se développe ce genre d’initiative partout en France. Je fais à mon niveau, ce qu’il m’est possible de faire : relayer l’information. Plus nombreux nous serons à partager l’info, plus il y aura de consommateurs prévenus et de producteurs susceptibles de vouloir imiter leurs collègues alsaciens.

  21. Cette initiative ne se justifie pour moi que si l’intégralité des produits vendus est BIO. Or il n’est nulle part fait mention de cela. Sachant que la France fait partie de peloton de tête des utilisateurs de pesticides et d’engrais, j’ai quelques doutes sur ce point. Il est possible de s’intoxiquer « localement » partout en France !

    • Fabrice Renault

      Il est possible de rencontrer les producteurs dans ce magasin, de leur poser des questions sur leurs productions, leurs pratiques, etc. Les clients potentiels peuvent se faire une idée du niveau d’éthique de ceux qui produisent et vendent ici.

  22. BRAVO au moins vous n’allez pas enrichir certains fainéants n’est ce pas et les gens savent ce qu’ils mangent.Encore bravo

  23. HygiénismeFrance

    Excellent.

  24. Immense Bravo de Toulouse

  25. Superbe idée à condition que ça ne devienne pas une franchise où ça va recommencer et ce sera une grande surface traditionnelle avec un « , Leclerc ou un Papin » qu’il recommencera à s’en mettre plein les poches sur le dos des producteurs et des consommateurs.
    Il faut que cela reste un concept a partager.

  26. A Nantes, nous avons Les Fermiers du Coin sur le même principe, depuis 2 ans. Bons produits, pas plus chers qu’en grande surface, sauf pour les produis transformés mais qui sont aussi d’une autre qualité…
    Pas spécialement de bio, mais une agriculture raisonnée…. Le bio à tout prix me laisse parfois perplexe, avec des productions à l’autre bout du monde….

    • Malheureusement OUI. exemple pour la banane label « bio » du pays exportateur qui utilise des produits « non bio » pour nos Antilles !
      N’acheter que des bananes antillaise bio qui elles le sont !

      BRAVO pour cette initiative, Attention aux futures normes UE préconisées par les Grandes surfaces lobbystes !!!!!!!!!!!!

    • On a la même chose sur Lormont en Gironde. Je trouve aussi les produits transformés HYPER chers et certaines viandes . Est ce que la qualité peut vraiment justifier de tels prix . On achèterait plus si c’était moins cher. A moins qu’il ne vise qu’un type de clientèle…

  27. Retour PingPressenza - Des paysans rachètent un supermarché pour vendre directement leurs produits

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *