Pleine conscience : ces petits moments propices pour initier les enfants

pleine conscience

Vous en êtes convaincu, la méditation et notamment la pleine conscience, apporte calme et sérénité aux enfants et adolescents. C’est même peut-être l’un des plus beaux cadeaux qu’ils peuvent recevoir. Comment alors les initier et les amener vers une pratique régulière ? La solution se trouve dans ces petits moments propices qui jalonnent la journée. C’est l’un des aspects abordé par le Docteur en Psychologie Christopher Willard, dans son livre Growing Up Mindful.

 

Piqûre de rappel : la pleine conscience dans la vie des enfants et des adolescents, aide à construire l’intelligence émotionnelle, stimule le bonheur, augmente la curiosité et l’implication, réduit l’anxiété et la déprime, soulage la douleur d’un traumatisme physique ou psychologique, favorise l’apprentissage, permet de faire les bons choix…

Mais ce n’est pas tout. La recherche montre maintenant que la pleine conscience est un formidable allié de l’épanouissement personnel. Elle permet la résilience tout au long de la vie.

Mais, la pleine conscience pour les enfants ne doit se résumer à une séance de 20 minutes hebdomadaires tranquillement assis sur un coussin de méditation. En tant que professeur, thérapeute, et parent, Christopher Willard a pu observer des centaines d’enfants de tous âges issus de différents milieux; et constater qu’il y a autant de façons de pratiquer la pleine conscience qu’il y a d’enfants.

A chaque enfant sa pratique

Pour Jackie, 7 ans, qui lutte avec un trouble du développement et de l’attention (TDAH) et dont les parents sont en en instance de divorce, la pleine conscience prend la forme d’un moment de jeu avec ses peluches sur le sol. Quand elle en a assez, ou que je donne le signal, alors nous effectuons tous les deux trois respirations conscientes.

Avec Alexa, une adolescente aux cheveux bouclés qui a des soucis avec la nourriture, la pleine conscience consiste à être en phase avec les signaux que lui envoie son corps, afin qu’elle puisse répondre aux besoins de son corps et non aux demandes liées à ses émotions.

Pour Jared, un athlète de belle carrure qui craint de paniquer sur le terrain de crosse, cela signifie faire un check-up corporel rapide pendant un tour de terrain et, porter sa conscience jusqu’à à la plante de ses pieds quand il sent monter son anxiété.

Peu importe la manière de la mettre en pratique, la pleine conscience apporte la capacité de se calmer et de prendre du recul quand on vit des moments délicats. Quelque soit la situation, nous essayons de protéger nos enfants. Et comme ce monde n’est pas toujours un lieu de compassion : il est inévitablement que les enfants soient blessés un jour, s’ils ne l’ont pas déjà été. Mais si nous les guidons, ils découvriront que les plus grandes leçons de la vie résultent des défis qu’ils ont à surmonter.

En apprenant aux enfants à agir plutôt qu’à subir, leur expérience renforce leur intelligence émotionnelle, ce qui crée des enfants et des familles plus heureux.

Rien ne remplace l’expérience

Les êtres humains ont besoin de connaître un certain degré de douleur pour développer la compassion. La vie se charge de nous en apporter. Les pratiques contemplatives, comme la pleine conscience, permettent de soulager les enfants et de les calmer plutôt que de focaliser sur la douleur. Les jeunes ont besoin de tomber, de s’égratigner les genoux, de se tester, de pleurer pour leur premier chagrin d’amour… et de constater qu’ils peuvent survivre et grandir de leurs expériences. Et quand ils partagent leurs histoires avec d’autres, ils soulagent la souffrance qui émane du monde.

Les enfants n’ont pas l’habitude de faire face

Dans notre société, la réaction par défaut au stress, aux expériences désagréables, ou même face à des situations banales est la fuite. Quand ils apprennent à prendre du recul, il n’est pas étonnant alors de voir les enfants se débattre avec leurs émotions.

Garder le contrôle

La pratique de la pleine conscience et la compassion vont radicalement contre ce conditionnement culturel en mettant l’accent sur le contrôle de la situation, de nous-même et du monde qui nous entoure; plutôt que de subir. Au fil du temps, les enfants prennent l’habitude de mieux vivre les situations, qu’ils soient à l’aise ou non. Ils peuvent par la suite se confronter à toute la gamme des expériences humaines, agréables ou désagréables, les aimer ou les détester.

En fait, la méditation et les pratiques conscientes sont utiles dans la vie des enfants comme dans celle des parents. Elles peuvent vous aider également : à être plus calme, moins rentre dedans, moins réactif, plus présent et plus efficace en tant que parent, partenaire ou professionnel. C’est l’un des apports les plus précieux de la pratique de la pleine conscience, ce que nous mettons en oeuvre physiquement, émotionnellement, spirituellement, personnellement et professionnellement, profite à notre entourage.

Ces petits moments propices pour pratiquer la pleine conscience

Dans notre vie de tous les jours, il y a de nombreux petits moments propices pour pratiquer la pleine conscience. Chaque enfants peut en profiter pour se recentrer à chaque fois qu’ils en on l’occasion:

  • Dans son lit, juste avant de se lever le matin
  • Dans une file d’attente
  • En attendant de traverser la rue
  • En tournant un robinet
  • En entendant quelqu’un rire
  • Quand on sent le vent sur sa joue
  • A l’écoute des oiseaux qui gazouillent
  • En ouvrant un livre ou un cahier
  • A la première bouchée d’un plat
  • Pendant une accolade ou un câlin, etc.

Vous et vos enfants pouvez facilement trouver des dizaines d’autres moments du quotidien pour réaliser une pause consciente. Une bonne astuce consiste à identifier ces instants ou l’on ressent le besoin de consulter sont téléphone par exemple, et de prendre alors un moment au préalable pour se recentrer paisiblement.

Source : traduction d’une partie du texte original en anglais paru sur mindbodygreen.com, tiré du l’ouvrage Growing Up Mindful de Christopher Willard, Docteur en Psychologie.

Partagez ces infos avec d’autres parents qui souhaitent mettre à profit la pleine conscience pour leurs enfants :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *