Relation mère-fils : de l’amour juste ce qu’il faut

Elle est la première femme dans la vie d’un homme. La relation mère-fils est unique et privilégiée. Sans le vouloir, cet amour inconditionnel de la mère peut tourner à l’obsession, créant une rivalité avec sa belle-fille. Comment préserver l’équilibre de la relation ?

relation mère-filsRelation mère-fils : de l’amour juste ce qu’il faut

Les relations entre parents et enfants ne sont pas toujours simples. Toutefois, le lien qui unit une mère à son fils semble être, selon les psychologues, le plus compliqué de tous. Selon leurs théories élaborées au fil des années, la maman peut être responsable de plusieurs problèmes vécus par son fils, notamment son manque d’autonomie, d’engagement ou encore ses accès de colère. Cet attachement qui se traduit dans cette relation mère-fils exclusive peut aussi être une source de rivalités entre belle-mère et belle-fille.

La plupart du temps, les conflits surgissent quand l’épouse est jalouse parce qu’elle a le sentiment d’être en compétition avec la maman, quand elle doit attirer l’attention du fils pour retrouver le mari. Cette mise à l’écart peut expliquer qu’elle puisse avoir du mal à être à l’aise dans son rôle d’épouse, ce qui ne manquera pas tôt ou tard d’alimenter les conflits ; à l’intérieur du couple dans un premier temps, puis rapidement avec le responsable identifié du problème : la belle-maman.

relation mère-filsDe nombreux couples connaissent cette situation, quand l’homme – enfant unique – est vraiment très proche de sa mère ; ils se comportent comme des amis et sont très complices. Dans cette situation, l’épouse peut avoir ce sentiment de lutter à contre-courant pour avoir l’attention de son homme. La belle-mère est omniprésente, lui cuisine ses plats préférés, lui repasse ses vêtements…

A n’en pas douter, la situation ne tardera pas à impacter la vie du couple. Mais, pourquoi il est si difficile pour ce mari – fils unique – de prendre ses distances avec maman ?

« Je vais me marier avec maman »

Cette phrase, beaucoup de petit garçon l’ont dite. Pour Sigmund Freud, le père de la psychanalyse : le fait que la maman soit la première femme dans sa vie, explique que son garçon trouve dans la relation maternelle, une sécurité affective sans égale.

relation mère-fils

Avec le complexe d’Œdipe, dès l’âge de deux ans et jusqu’à ses sept ans, l’enfant s’identifie au sexe opposé. Le garçon considère sa mère comme un objet d’amour. Le père est alors vécu comme un rival, interdisant l’accès à la mère. Il est fréquent qu’à cet âge le petit garçon souhaite voir disparaître ce rival.

Il s’agit d’une phase importante de la vie du jeune garçon qui va déterminer sa vie amoureuse ultérieure. Les psychiatres considèrent que des relations mère-fils peuvent devenir obsessionnelles. Alors l’enfant ne parvient pas à prendre son indépendance pour voler de ses propres ailes.

Cela peut être le résultat d’une surprotection maternelle, bien souvent,  les mamans ignorent que leur comportement a un impact direct sur le développement de leurs enfants. D’ailleurs, des études ont démontré qu’il n’est pas rare que la personnalité des hommes ressemble fortement à celle de leur mère.

Une mère peut être rejetée par son fils

Les exemples ne sont pas rares, quand après avoir décroché un bon poste de travail, ou/et s’être marié ; le fils à maman se retourne contre sa mère, qu’il la rejette carrément. C’est d’autan plus dur pour elle, quand plus tard elle n’a pas le droit de prendre ses petits-enfants dans ses bras.

Des situations semblables se déclenchent quand la belle-maman interfère de trop dans la vie du jeune couple en mal d’indépendance et pleins de projets. Utopique parfois, mais revendiquant son droit à la liberté, quitte à se tromper.

Surprotectrice et constamment présente dans la vie de son enfant dès la naissance, la maman noue des relations particulières avec celui-ci. Des relations qui deviennent parfois conflictuelles. Bien que les relations mère-fils aient toujours été ainsi, certaines spécificités de notre société telles que la place accordée aux garçons génèrent des problèmes récurrents, notamment dans la relation mère-fils.

Souvent, les problèmes surgissent avec l’arrivée d’une autre femme dans la relation, laquelle s’établit dorénavant à trois. La mère se pose des questions sur l’avenir de son fils, elle a des doutes et des craintes sur les capacités de la promise :

Saura-t-elle lui donner toute l’attention et l’amour qu’il lui faut ?

De l’autre côté, si la jeune amoureuse a l’impression que sa belle-mère se mêle trop de leur vie de couple : plusieurs malentendus peuvent surgir et le fils se retrouve coincé entre les deux. Il se sent alors impuissant, car il les aime toutes les deux et ne peut envisager de choisir.

Il est important qu’une mère sache où s’arrêtent ses droits

Même marié, un fils cherche souvent l’avis de sa mère quand il s’agit de prendre une décision. Des décisions sont prises en commun avec celle qui a toujours su faire les bons choix dans les moments critiques. Même s’il s’agit d’une décision plus personnelle, il cherchera ses conseils ou voudra savoir « ce qu’elle en pense ».

relation mère-fils

L’expérience de la vie d’une maman qui a si bien élevé et veillé sa famille, « j’en suis la preuve« , n’est certainement pas à considérer à la légère. Elle vaut de l’or, elle est un gage d’avenir paisible, une source de sérénité.

Le fait que la relation mère-fils soit encore si forte, peut attiser la jalousie de l’épouse. Il est important de trouver la juste limite pour ne pas interférer dans la vie du couple . La belle-mère ne doit pas s’imposer, ni prendre des décisions qui reviennent au couple. Elle dois conseiller, sans suggérer ; proposer, sans imposer. Tout un art à développer !

A cette condition, les relations entre chacun sont saines et deviennent même souvent excellentes entre les belles-filles et leur belle-mère.

Donner de l’amour sans étouffer son « grand garçon »

Certaines mères développent même un lien d’insécurité envers leur fils. Lui, écrasé par cet amour inconditionnel, ne réalise pas qu’il est un fils à maman, jusqu’à l’arrivée d’une autre femme dans sa vie. Il a toujours eu besoin de l’approbation de sa mère pour des décisions importantes. C’est elle qui a toujours eu le dessus sur son fils et, dans bon nombre de cas, la belle-fille n’est qu’une rivale pour la belle-mère et vice versa. La conséquence que l’on observe : ces fils à maman manquent souvent d’assurance et d’estime de soi.

Les mères surprotectrices ont souvent du mal à couper le cordon. Le fils, qui lui reste dévoué à vie, met les femmes qu’il rencontre à distance. D’autres au contraire, aimeraient tenir leur mère éloignée de leur relation de couple, sans la froisser. S’il n’y parviennent pas, pour éviter les conflits mère/épouse : ils vont couper les ponts, ne plus donner de nouvelles, voire même déménager loin.

D’autre part, il est très difficilement acceptable pour une épouse de voir se manifester une telle emprise sur son époux. La mère doit impérativement réaliser qu’il existe des limites. Le fils doit aussi prendre pleinement son rôle d’époux. Il doit y avoir une prise de conscience des deux côtés pour éviter des conflits. Une mère ne peut s’empêcher de montrer son affection pour ses enfants, mais la manière ainsi que la fréquence de le faire doivent trouver une juste mesure, dans l’intérêt de tous.

3 Commentaires

  1. Joli lapsus : « Lui, écrasé par cet amour inconditionnel, ne réalise pas qu’il est un fils à maman, jusqu’à l’arrivée d’une autre femme dans sa fille.  »
    😉

  2. C’est drole que vous évoquez cette question,car sans parti pris j’avais une soeur agée de 3 ans plus que moi et c’était un garçon manqué elle aimait tondre la pelouse-faire le jardin etc avec mon pere,alors que moi j’étais toujours attiré par la cuisine ,…!De plus ma soeur travaillait avec ma mere dans une usine textile et toutes les deux étaient en permanance en longues blouses en nylon jaunes et le beret et elle avait le droit aux jeans ,nous étions en 1976 !Tandis que moi ma mere m’a mise dans une école privée chez les bonnes soeurs et jusqu’à 16 ans pour moi c’était culottes courtes tenues par de larges et épaisse bretelles à pattes de cuir boutnées + la blouse longue bleu-marine et aussi un beret et ma mere me fessait régulierement meme cul nu avec le martinet ,de plus ma mere me rasait la tete ( comme les autres garçons ) avec la tondeuse électrique ,bref elle me touvait beau comme ça ,!Dès fois meme ma soeur lui disait à ma mere arette ce n’est plus un petit garçon mais mere ne voulait me voir que comme ça,quoique les autres garçons étaient traités comme moi dans cette école privée et tenue par des religieuses! En plus elles ne laissaient rien passer car elles aussi elles utilisaient largement du martinet sur nos fesses!.Et meme lorsqu’on visitait la famille ma soeur était décontractée tandis que ma mere et moi étions toujours en blouses en nylon et le beret + ma mere prenait le martinet au cas ou pour moi,alors de quoi ça vient et pourquoi souvent les meres privilègent plus leurs fils plus que leurs filles de quoi ça vient .Et meme après mon école finie ,moi aussi j’ai été travailler avec ma mere et ma soeur dans cette grande usine,ou de nouveu la blouse en nylon était obligatoire et ma tete était toujours rasée sauf que j’avais moi aussi droit de porter des jeans ..Mais avec de larges bretelles à pinces ..?et cela a duré jusqu’à mes 20 ans puis j’ai fréquenté et me suis marié ,alors de quoi ça vient …Et meme ma femme tenait à me voir en permanance en blouses en nylon,bretelles et beret sur la tete,d’aillieurs elles me les achetaient sans demander mon avis mais franchement ça ne m’a pas dérangé ,mais est ce que ma mere n’aurait pas conseillée ma femme….?!

Les commentaires sont clos.