Une prise de sang pourrait révolutionner le diagnostic précoce du cancer

Des chercheurs suédois viennent de mettre au point un simple test sanguin qui pourrait bien révolutionner le diagnostic précoce du cancer. Actuellement, on pratique parfois la biopsie ou d’autres techniques invasives. Ce nouveau test est fiable dans 96% des cas.

diagnostic précoce du cancer

Moins de scanners et biopsies pour le diagnostic précoce du cancer à l’avenir ?

Une prise de sang pourrait révolutionner le diagnostic précoce du cancer

C’est une avancée qui pourrait révolutionner la prise en charge des cancers. En tout cas dans sa toute première phase médicale : le diagnostic.

Jusqu’à présent, seuls les scanners et autres biopsies sont susceptibles de donner aux médecins les informations nécessaires pour pouvoir poser un diagnostic solide sur le cas d’un patient. Mais cela pourrait changer grâce à une équipe de chercheurs suédois de l’université de Umea qui propose une nouvelle technique simple pour le diagnostic précoce du cancer.

En effet, ces derniers ont mis au point un test sanguin qui serait en mesure, non seulement de repérer un cancer mais également de le localiser et cela simplement à partir d’un échantillon sanguin équivalent à une goutte.

Un test sanguin efficace à 96 %

Cet examen fonctionne grâce à l’acide ribonucléique, présent dans les plaquettes. Appelé communément ARN, c’est une molécule très proche chimiquement de l’ADN. Les cellules l’utilisent pour synthétiser les protéines dont elles ont besoin, notamment.


Article à découvrir : Régime cétogène : il combat la tumeur cancéreuse sans affamer le patient


Pour étayer l’efficacité de leur test, les chercheurs ont procédé à des essais sur des patients malades et sur d’autres qui n’ont pas de cancer. Ils ont analysé les prélèvements sanguins de 283 participants, dont 228 atteints de cancer et 55 exempts de cancer. Ils ont pu ainsi diagnostiquer un cancer avec une précision de 96%. Dans d’autres tests conduits ultérieurement, les chercheurs ont pu identifier l’origine des tumeurs avec une précision de 71% (poumon, sein, pancréas, cerveau, côlon etc…).

Une avancée très intéressante, donc, qui reste encore à peaufiner mais qui promet déjà de bons résultats sur le terrain du diagnostic précoce du cancer. Il n’est pas impossible que dans un avenir proche, on assiste à un recul des techniques invasives actuellement employées.

Sources : metronews.fr

Le cancer est un fléau. Le détecter rapidement permettrait de guérir un grand nombre de personnes. Partagez  cet article qui représente un espoir pour une meilleure prise en charge de la maladie :

Les commentaires sont clos.