Une puce RFID implantée sous la peau

Ce n’est déjà plus de la science fiction, la puce RFID implantée sur l’être humain est une réalité. Pourquoi, pour qui et surtout quels dangers pour les porteurs? Nous allons tenter de vous apporter les éclairages sur le sujet et d’aller un peu plus loin encore.

puce rfid

Une puce RFID implantée sous la peau

En Suède les premières puces sous-cutanées RFID (pour Radio Frequency IDentification) ont été implantées sur des employés de Epicenteur. Les 450 volontaires, ont maintenant une puce à peine plus grande qu’un grain de riz implantée sous la peau de leur main. Celle-ci contient des informations relatives à l’identité du porteur. Elle permet d’ouvrir des portes sécurisées, manger à la cantine ou encore d’utiliser la photocopieuse.

Compte tenu de son utilisation actuelle, vous pouvez penser que le procédé n’est absolument pas indispensable. Vous avez raison. Si on essaie de se projeter un peu dans l’avenir, on peu facilement lui trouver des domaines d’utilisation bien plus intéressants, nul doute que certains ont déjà leur idée bien établie sur le sujet.

Pourquoi « pucer » l’être humain?

puce rfidPour l’instant, pour pas grand chose. Pour demain c’est tout autre chose. Sur la chaîne NBC on annonce que tous les américains seront implantés d’une puce RFID d’ici 2017. Rien que ça, quelques 319 millions d’américains « pucés ». Voyons quelles utilisations sont envisagées:

b7528586-6911-11e1-8e31-4b5ff17557d4-493x328Dossier médical : Ce domaine qui permet « d’apporter une meilleur prise en charge des patients » selon son promoteur, pourrait remporter une fort soutien dans l’opinion publique. Notons tout de même qu’une simple carte à puce (verte par exemple) peut faire le boulot. A notre avis, permettre l’accès aux soins médicaux pour tous serait la véritable avancée sanitaire à mettre en œuvre.

Identité : Quant il s’agit de la sacro-sainte sécurité nationale l’opinion publique à tendance à facilement basculer dans le tout sécuritaire. Il faut dire que le sentiment de danger permanent véhiculé par les médias n’y est pas étrangé. Ceci dit, il reste encore une part non-négligeable de la société qui crie son droit à la liberté individuelle. En effet, difficile de ne pas faire le rapprochement avec le film Minority Report. Pour ceux qui l’on vu, le fichage que représente cette puce RFID est dangereux et inacceptable. De plus, cela viendrait s’ajouter aux systèmes biométriques déjà en place que sont la reconnaissance rétinienne et digitale.

Moyen de paiement : Payer ses courses ou son plein d’essence grâce à une puce implantée sous la peau, vous en conviendrez, la fin ne justifie pas le moyen. Là où cela devient plus intéressant et dangereux à la fois, c’est si on affecte à cette puce RFID l’ensemble de vos informations bancaires. On peut également envisager la disparition de la monnaie, l’argent physique, puisqu’alors son utilité ne se justifie plus.

Porte clés : Votre trousseau de clés pourrait être remplacé par la puce RFID. Maison, voiture, travail, tous les accès autorisés le seront par le biais de la puce. Serons-nous plus en sécurité? On peut en douter quand on voit l’imagination dont font preuve les malfaiteurs. De plus les systèmes d’identification biométriques actuels sont parfaitement adaptés à cette tache. Donc, là encore la puce RFID ne se justifie pas.

A quoi doit-on s’attendre ?

A ce stade on est en droit de se demander quel est l’intérêt pour l’individu de ce fichage par puce? Manifestement, il parait bien faible. La question se pose alors de savoir : pour qui cela représente-t-il de l’intérêt? Les vieux rêves de contrôle total des masses populaires semblent trouver un allié de taille dans la puce RFID à destination des populations humaines. Les services qu’elle peut apporter à chaque individu ne pèse pas grand chose face aux dangers d’hégémonie qu’elle représente. Pourtant nos dirigeants politiques pourraient être tentés de suivre le modèle étasunien. D’ailleurs après 2017, pourra-t-on voyager aux USA sans être « pucés »? On peut en douter, aujourd’hui déjà le passeport biométrique est obligatoire.

Alors que faire ?

puce rfidPrendre conscience de la situation est un premier pas. La refuser est le second. Méfions nous des changements sociétales. Notre éthique, nos libertés sont des valeurs et des droits fondamentaux. Toute société qui ne réagit pas à une diminution de ses libertés fondamentales glisse lentement vers le totalitarisme.

Nous vivons dans des démocraties d’où les peuples sont exclus des décisions importantes. Ce qui est désolant, c’est que les décideurs sont obstinés par leur réélection, leurs budgets et influencés par les groupes de pression toujours plus puissants. Ils ne pensent que bien trop rarement en terme d’individu, nous sommes tout juste « une voix » pour les prochaines élections, des productifs pour ceux qui ont du travail, des assistés pour les autres et des consommateurs dans tous les cas.

A la tentation du « tout sécuritaire » on peut préférer une voie différente. Arrêtons de pratiquer une politique agressive, dominatrice et asservissante à l’encontre des différents peuples de la planète dont nous occidentaux convoitons les richesses. Plutôt que de « pucer » l’humanité, apprenons à nous respecter.

Transmettez ce message, que chacun sache ce que l’on nous réserve. Partagez cet article sur les réseaux:

11 Commentaires

  1. les politiciens soumis aux usa sont puces dans leur cerveau malade.
    juste un mot personne ne pourra resister a leur volonte
    Ex: tu cherches un emploi ok mais on te l’offre a condition d’etre puce , alors que fais-tu ? tu l’acceptes pour obtenir ce travail renumere qui te permettra de survivre plutot de mourrir de faim.
    ces politiciens sont des serviteurs de satan, et j’y crois comme je crois en Dieu qui est notre seul et unique espoir de retrouver la vie , la paix et l’amour sur terre .

    • Dieu na rien a voir la dedans vieux fou, en étant sur de cela, tu ressemble au politique que tu mentionne dans ton commentaire..

  2. C’est un début technologique pour un monde à la big Brother, il y a un danger pour les libertés à utiliser une puce NFC RFID comme moyen d’identification et de paiement cela correspond exactement au futur système économique mondial annoncé dans la bible ; l’apocalypse chapitre 13 verset 16 il y a plus de 2000 ans :

    « Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçoivent une marque sur leur main droite ou sur leur front et que personne ne puisse acheter et vendre sans avoir la marque le nombre de la bête ou le nombre de son nom, c’est ici la sagesse! Que celui qui a de l’intelligence compte le nombre de la bête ; car c’est un nombre d’homme et ce nombre est six-six-six. »

    Regardez comment fonctionne un code barre, le 6 6 6 est déjà caché partout sur tous les produits de consommation que nous achetons, même sur votre nouvelle carte d’électeur (pour les Français) ! Ce sont les 2 petits traits (barre de garde ou guard bar en Anglais) à gauche du code-barres, du milieu, et à droite qui en langage code-barres visuellement donne le 6, les chiffres de la partie droite du code barre ne sont pas cryptés, si vous avez un 6 au-dessus vous avez systématiquement les 2 petits traits comme pour les guard bar = 6, regardez les barres codes qui sont chez vous pour vérifier (pour quelle raison occulte cette norme a été validé dans le monde entier?). Je n’invente rien, encore simple à vérifier sous Google avec des dessins pour mieux comprendre (en tapant : barre code et 666, puce RFID verychip ) …

    après le futur krach économique à cause de la dette et des crises on va passer au mode d’argent électronique (plus de billets et de liquide) puis à la nano puce RFID implantée sur la main droite ou le front au nom de la sécurité et de la santé pour les épidémies (avec une modification faustienne de notre ADN en bonus) il faudra faire le bon choix …
    on n’arrête pas le progrès, science sans conscience n’est que ruine de l’âme.
    «Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire.» Albert Einstein

  3. Ils diront: ‘vos enfants sont puces, ils ne seront plus kidnappes!’ Mais meme quand les jeunes ont un telephone portable qu’ils pourraient pister ils ne le font pas!

  4. nous laissons ce qui sont au pouvoir nous diriger comme des pantins car nous avons peur de manquer de tous ,nous sommes divisé cha qu’un pour soi nous devons nous unir et faire entendre notre voie ,celle du peuple et non adhère a ce qu’il nous impose tant que nous ne ferons rien nous seront toujours des moutons.

  5. C´est un cauchemar ! Le monde est de plus en plus fou !

  6. commençons par pucer les médias!!!!!!

  7. Franchement, par la peur, on va accepter cette merde? Mais non, et puis quoi encore… Perso, ils peuvent se la mettre ou je pense.
    Après ceux qui se soumettrons, ne pourrons plus se regarder face à leurs propres Conscience. Et, ils subirons – comme des paillasson – les foudres du Système Nouveau. Mais, pour beaucoup d’ entre nous – je le crois, et qui sont éveillés politiquement, n’ acceptera jamais cette Merde.

  8. ce qui est prévu depuis plusieurs année. la Bible la prédit… a vous de choisir… bonne chance a tous……

  9. Retour PingUne puce RFID implantée sous la peau | Consciencia de Vida

  10. Le principe de la grenouille dans la marmite d’eau

    Imaginez une marmite remplie d’eau froide, dans laquelle nage tranquillement une grenouille. Le feu est allumé sous la marmite. L’eau se chauffe doucement. Elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue de nager. La température commence à grimper. L’eau est chaude. C’est un peu plus que n’apprécie la grenouille ; ça la fatigue un peu, mais elle ne s’affole pas pour autant. L’eau est maintenant vraiment chaude. La grenouille commence à trouver cela désagréable, mais elle est aussi affaiblie, alors elle supporte et ne fait rien. La température de l’eau va ainsi monter jusqu’au moment où la grenouille va tout simplement finir par cuire et mourir, sans jamais s’être extraite de la marmite.

    Plongée dans une marmite à 50°, la grenouille donnerait immédiatement un coup de pattes salutaire et se retrouverait dehors.

    Cette expérience (que je ne recommande pas) est riche d’enseignements. Elle montre que lorsqu’un changement négatif s’effectue de manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart du temps pas de réaction, pas d’opposition, pas de révolte.

    C’est exactement ce qui se produit dans la société où nous vivons. D’année en année, on observe une constante dégradation des valeurs, laquelle s’effectue cependant assez lentement pour que personne – ou presque – ne s’en offusque. Pourtant, comme la grenouille que l’on plonge brusquement dans de l’eau à 50°, il suffirait de prendre le Français moyen du début des années 80 et, par exemple, de lui faire regarder la TV d’aujourd’hui ou lire les journaux actuels pour observer de sa part une réaction certaine de stupéfaction et d’incrédulité. Il peinerait à croire que l’on puisse un jour écrire des articles aussi médiocres dans le fond et irrespectueux dans la forme que ceux que nous trouvons normal de lire aujourd’hui, ou que puissent passer à l’écran le genre d’émissions débiles qu’on nous propose quotidiennement. L’augmentation de la vulgarité et de la grossièreté, l’évanouissement des repères et de la moralité, la relativisation de l’éthique, se sont effectués de telle façon – au ralenti – que bien peu l’ont remarqué ou dénoncé.

    De même, si nous pouvions être subitement plongés en l’an 2022 et y observer ce que le monde sera devenu d’ici là, s’il continue de dévaler la pente sur laquelle il se trouve, nous en serions sans doute encore plus interloqués, tant il semble que le phénomène s’accélère (accélération rendue possible par la vitesse à laquelle nous sommes bombardés d’informations nouvelles et en oublions le reste). Notons d’ailleurs que les films futuristes s’accordent pour ainsi dire tous à nous présenter un futur certes  » hyper-technologique  » mais surtout des plus lugubres.

    Chaque fois qu’un changement est trop faible, trop lent, il faut soit une conscience très aiguisée soit une bonne mémoire pour s’en rendre compte. Il semble que l’une et l’autre soient aujourd’hui chose rare.

    Sans conscience, nous devenons moins qu’humain.

    Sans mémoire, nous pourrions passer chaque jour de la clarté à la nuit (et inversement) sans nous en rendre compte, car les changements d’intensité lumineuse sont trop lents pour être perçus par la pupille humaine. C’est la mémoire qui nous fait prendre conscience a posteriori de l’alternance du jour et de la nuit.

    Gavée par trop d’informations inutiles, la mémoire s’émousse.

    Abrutie par un excès de stimulations sensorielles, la conscience s’endort.

    Et notre civilisation s’enfonce ainsi dans l’obscurité spirituelle, avec le délitement social, la dégradation environnementale, la dérive faustienne de la génétique et des biotechnologies, et l’abrutissement de masse – entre autres symptomes – par lesquels elle se traduit.

    Le principe de la grenouille dans la marmite d’eau est un piège dont on ne se méfie jamais trop si l’on a pour idéal la recherche de la qualité, de l’amélioration, du perfectionnement, si l’on refuse la médiocrité, le statu quo, le laisser-faire.

    Incidemment, ce principe fonctionne aussi au positif et même en cela il peut nous jouer des tours. Les efforts que l’on fait quotidiennement provoquent eux aussi des changements – positifs, cette fois – mais parfois trop faibles pour être immédiatement perçus ; ces améliorations sont pourtant bien là, et à ne pas les observer, certains se laissent décourager à tort.

    Comment, alors, ne pas succomber au piège du principe de la grenouille dans la marmite d’eau, individuellement ou collectivement ?

    En ne cessant d’accroître sa conscience, d’une part, et en conservant un souvenir intact de l’idéal et des buts que l’on s’est fixés.

    L’entraînement et le développement de la conscience sont l’un des points communs de toutes les pratiques spirituelles : conscience de soi, conscience du corps, conscience du langage, conscience de ses pensées, conscience de ses émotions, conscience d’autrui, etc. Au-delà de tout dogme, de toute doctrine, de toute idéologie, l’élargissement et l’accroissement de la conscience devraient donc être considérés – bien plus que le développement des seules facultés intellectuelles – comme un comportement fondateur de notre statut d’humain et comme un moteur indispensable à notre évolution.

    Olivier Clerc

Les commentaires sont clos.