Ces aliments à consommer l’hiver pour éviter les maladies

Connaissez-vous ces aliments à consommer l’hiver, pour éviter de tomber systématiquement malade durant la saison froide ? Rares sont ceux (existent-ils seulement ?) à ne pas ressentir un coup de mou passager durant la saison froide. Certains ont tellement peur d’attraper une maladie, qu’ils se calfeutrent à l’intérieur pour y passer le plus clair de leur temps…

aliments à consommer l'hiver

Plusieurs aliments à consommer l’hiver pour éviter les maladies

Voici quelques exemples de produits qui ont fait leurs preuves, à ajouter à votre alimentation dès maintenant pour être en mesure d’affronter les longs mois d’hiver. Peut-être parviendrez-vous à esquiver le rhume ?

Non, les compléments alimentaires ne sont pas une obligation. Oui, vous parviendrez à limiter la prise de médicaments si vous parvenez à renforcer votre organisme, laissant ainsi moins de prise à d’éventuelles attaques virales et autres microbes à l’affût.

Un comportement alimentaire adapté à la saison d’hiver n’est certainement pas une fantaisie. C’est même indispensable, au regard de ce que ces aliments apportent à l’organisme. Indispensable, mais attention cependant, un choix pointilleux des produits que vous consommez se doit d’être fait. En effet, pas question de manger tel ou tel produit pour éviter un rhume, si sur long terme c’est un cancer qui nous est promis…

Survivre à l’hiver sans attraper ne serait-ce qu’un rhume peut paraître difficile à certains. C’est sûr, les vêtements chauds constituent une première couche de protection contre le froid et les maladies. Cependant, une alimentation adaptée peur donner à votre corps la force et le surcroît d’énergie nécessaires pour lutter contre les maladies hivernales, telles que la grippe et le rhume.

Des oranges et autres agrumes pour les vitamines

aliments à consommer l'hiver

Ce n’est pas pour rien que l’orange est LE fruit de l’hiver. La nature est tellement bien faite, qu’elle fait pousser les bons aliments au bon moment ! Remplie de vitamine C, l’orange aide à renforcer nos cellules contre les virus hivernaux. Oranges, citrons, mandarines, pamplemousses… même combat ! Vous pouvez en user et en abuser sans compter en cette saison. En en-cas, au dessert, en infusion… les agrumes se consomme partout et tout le temps.

Si vous êtes déjà malade, augmenter votre consommation d’oranges permettra aussi à votre organisme de réduire les symptômes de la grippe ou du rhume. Notez que le kiwi est également une source de vitamine C importante.

Consommer des fruits bio est une nécessité devenue absolue. Ne mettez pas votre avenir en jeu, en consommant des produits frais remplis d’additifs chimiques qui peuvent contribuer à déclarer une maladie grave… alors que vous cherchez à vous préserver d’un rhume !

L’ail : un antibiotique naturel sans égal

L’ail contient de l’allicine, qui lui donne des pouvoirs antibactériens et antiviraux. Oui, l’ail est un antibiotique puissant efficace dans une large gamme de pathologies. Contrairement aux antibiotiques chimiques, qui tuent des millions de bactéries dont votre corps a besoin, l’ail ne cible que les bactéries et micro-organismes pathogènes.

La forte volatilité de l’allicine la rend notamment très efficace pour déboucher le nez et lutter contre les infections de la gorge et des voies respiratoires dans leur ensemble. Indiscutablement, l’ail fait partie de ces aliments à consommer l’hiver.

De plus, il aide à renforcer le système immunitaire, alors n’hésitez pas à en ajouter à vos plats. Pour encore plus d’efficacité, mangez-le cru. Notez toutefois que si vous prenez des médicaments anticoagulants, vous devez consulter votre médecin avant de commencer à consommer de l’ail en grande quantité.

Il est recommandé d’écraser l’ail 10 minutes avant toute utilisation culinaire ou médicale. Cela a pour effet de libérer l’aillicine, sa substance active. Sachez enfin que l’ail est de la famille des alliacés comme l’oignon et l’échalote qui ont des vertus comparables mais moins fortes cependant.

Le thé : contre virus, bactéries et inflammations

En plus de nous réchauffer, le thé a des propriétés antivirales, antibactériennes et anti-inflammatoires. Boire 5 à 6 tasses de thé par jour vous permettra aussi de renforcer votre système immunitaire.

Au delà,  boire beaucoup en hiver est une très bonne idée, car une bonne hydratation permet de lutter efficacement contre le rhume et la grippe.

Si vous ne savez pas quel type de thé choisir, préférez le thé à la camomille : c’est un antibactérien très efficace.

Le bouillon de poule ou de poulet

Le bouillon de poule ou de poulet est de plus en plus connu pour ses propriétés anti-inflammatoires, qui aident notamment à combattre le rhume. En cas de maladie, il aide à réduire l’infection des voies respiratoires. De plus, le poulet en tant que tel contient de la vitamine E et du sélénium, qui aident à renforcer le système immunitaire.

Des poulets, il en existe de toutes sortes dans les rayons des magasins. Sans hormones, sans OGM dans leur alimentation, élevés en pleine air, nourris au grain… tous ne se valent pas. Là encore, pour faire son choix : c’est pas de la tarte (et oui c’est du poulet). Le bon conseil est d’éviter, autant que possible, d’acheter une volaille qui semble être un pari hasardeux pour sa santé à venir.

Poule ou poulet ? La première coûte moins chère et se tient mieux à la cuisson. À vous de voir.

Les poissons gras… sans poison

aliments à consommer l'hiverLes poissons riches en Oméga-3 et en autres acides gras sont une bonne chose pour aider son métabolisme à passer l’hiver. D’une part, ils renforcent notre système immunitaire et favorisent la production d’anticorps pour lutter contre les infections. D’autre part, ils aident à prévenir la dépression saisonnière, car les longs mois d’hiver sombres et froids sont propices à ces passages dépressifs.

Les poissons gras sont effectivement bon pour la santé. Mais, il n’est pas possible de les acheter les yeux fermés. Comment peut-on encore consommer du saumon d’élevage, maintenant que leurs conditions de production sont connues ? Et bien on ne peut pas, tout simplement. Quant à acheter du saumon sauvage… tout le monde n’en a pas les moyens.

Consommer du thon alors ? Certainement pas en boîte, 60 millions de consommateurs a vérifié : c’est une catastrophe ! Autre problème du thon, c’est un poisson gras qui cumule donc les toxines et autres particules de métaux lourds dans sa chaire… Plus il est vieux, plus le poisson gras cumule de poison.

Les seuls poissons gras recommandables (les moins pires) sont les poissons sauvages pêchés et consommés jeunes, comme les sardines, maquereaux ou harengs.

Les fruits de mers pour le magnésium

Les fruits de mers ont également une valeur nutritive intéressante. Parmi les minéraux essentiels au tonus de l’organisme, le magnésium figure en bonne place. Au-delà d’une baisse de régime, les crampes à répétition sont un signe de carence en magnésium. Pour faire le plein, on consomme des fruits de mer, qui en contiennent de grande quantités.

Les fruits de mers sont très satisfaisant sanitairement parlant, pas financièrement. En fait, il devient de plus en plus difficile, selon moi, de consommer des produits frais de la mer si on habite pas à la mer !

Sinon, riche en magnésium : il y a le chocolat. Sachant que lui aussi est un antidépresseur reconu, pourquoi ne pas manger un peu plus de chocolat l’hiver ?

Ma santé c’est mon affaire

Ces quelques exemples ne sont certes pas les seuls aliments qui vous aideront à passer l’hiver. Et, même si vous savez maintenant un peu mieux comment composer vos menus hivernaux, tout reste à faire. Dans cette jungle du commerce, il faut redoubler de vigilance quand aux choix des produits achetés. Car finalement, votre santé, personne ne s’appliquera à la préserver. Sauf vous, peut-être…

Article en rapport : Apprenez à diminuer votre consommation de médicaments

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *