Acheter moins pour vivre mieux

Qui n’a pas déjà entendu parler d’une personne fortunée et cependant malheureuse, malgré le fait qu’elle puisse tout avoir ? Il est vrai que de prime abord, une telle situation peut susciter l’incompréhension chez certains. Cependant, depuis quelques années déjà, les adeptes du « acheter moins pour vivre mieux » prennent de l’ampleur. Regardons ensemble quels avantages peuvent-ils y trouver ?

acheter moins

Acheter moins pour vivre mieux

Peut-être vous demandez-vous comment cela est possible ? Laissez-moi vous parler des changements qui interviennent dans la vie de ces personnes pour qui une consommation raisonnée devient LA priorité. Qu’ont-elles découvert, ont-elles des regrets ?Car, si l’acte d’achat provoque une sensation de bonheur, force est de constater que celle-ci est éphémère. Quand on procède à un nouvel achat, que ce soit un vêtement, un appareil quelconque ou toute autre chose palpable : on est satisfait dans l’instant. Une satisfaction bien illusoire, qui aura tôt fait d’être chassée par une prochaine envie…

Tout est conçu pour provoquer le désir de posséder

Il est vrai que notre société pousse à la consommation, aujourd’hui plus que jamais et probablement davantage encore demain. Tout est fait pour nous inciter à consommer, ou à surconsommer devrait-on dire. Jusqu’aux émissions de télé qui sont conçues, élaborées et réalisées dans le but de mettre le téléspectateur dans le meilleur état d’esprit possible pour recevoir les messages publicitaires. Cette affirmation n’est pas de moi, mais de Patrick Le Laye, à l’époque, directeur de TF1 :

Pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible. C’est à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages de pub. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau disponible.

Auparavant, la publicité était au service des émissions qu’elle permettait de financer. Aujourd’hui, les émissions sont au service de la publicité…

Le caractère éphémère du bonheur de posséder

À bien y regarder, nombres de nos nouvelles acquisitions ont une utilité discutable. Pourtant, nous devenons vite obsédés par certains objets désirés. Après y avoir pensé chaque jour, c’est une sensation de réel bonheur qui nous envahit quand enfin, nous avons l’objet tant convoité entre les mains.



Le problème c’est que cet acte d’achat sera suivi par de nombreux autres. En effet, bien vite, nous allons avoir d’autres envies, obsédés par des objets dont nous n’avons généralement pas un réel besoin. La frustration puis l’obsession auront tôt fait de remplacer ce bonheur lié à l’acte d’achat précédent, qui lui, sera rapidement oublié. Pourtant, saviez-vous que pour environ 80% du temps, nous n’utilisons  que 20% des objets présents dans notre maison ?

La conséquence directe est que nous passons notre temps à courir après l’argent. Ce temps consacré à la quête d’argent, c’est du temps de travail généralement. C’est en tout cas du temps en moins pour s’occuper de soi, de ses proches, de ses enfants et de tous ceux que l’on aime, qui sont aussi ceux qui nous aiment et qui mériteraient certainement davantage d’attention… Combien d’entre nous avons cette phrase trop souvent à la bouche en réponse à une demande d’un proche :

j’ai pas le temps, je travaille

Acheter moins permet de gagner du temps… et pas qu’un peu !

C’est là le principal bénéfice d’une consommation raisonnée : avoir du temps. Acheter moins, c’est moins d’heure supplémentaire au travail, c’est moins de samedi après-midi passé dans les supermarchés et autres zones commerciales. Ces endroits dont Pierre Bourdieu, éminent sociologue aujourd’hui disparu, disait (en substance) qu’elles sont devenues les attractions populaires remplaçants les fêtes de village et autres foires agricoles.

En consommant moins, on passe donc moins de temps à faire du shopping, mais on passe également moins de temps chez soi à faire le ménage et entretenir tous ces biens cumulés qui s’entassent dans notre intérieur, avant de prendre le chemin tôt ou tard de la déchetterie.

On perd aussi moins de temps à chercher quelque chose dont on a besoin. Et, quand on applique cette règle à sa garde-robe, on trouve bien plus rapidement quoi enfiler le matin. J’en connais qui vous gagner du temps !

Acheter moins donne de la valeur aux choses que l’on possède

Acheter moins signifie qu’avant d’acheter, on se demande toujours au préalable si on en a vraiment besoin. Cela permet ainsi de donner de la valeur à ce que l’on possède déjà. Petit à petit, tous les objets de notre maison auront une plus grande raison d’être à nos yeux. Même si tous ne sont pas utiles au sens propre, c’est qu’ils nous rappellent de beaux souvenirs et nous rendent heureux de part la valeur sentimentale qu’ils recèlent.

Acheter moins permet d’avoir moins de contraintes

Un objet acheté, c’est un objet pour lequel on doit trouver un espace de rangement, un objet que l’on doit nettoyer et entretenir, un objet que l’on a peur de perdre, etc. Si bien qu’une maison remplie d’objets, provoque indubitablement un encombrement de notre esprit !

Acheter moins pour profiter de ceux que l’on aime

Les personnes qui arrêtent d’acheter des objets inutiles expliquent qu’elles peuvent maintenant consacrer une plus grande partie de leur temps et d’attention aux choses importantes de la vie. Elles voient notamment leurs relations familiales et amicales s’améliorer de façon significative.

Acheter moins et se sentir valoriser

Dès lors ces personnes à qui l’on consacre plus de temps et d’attention, portent un autre regard sur nous. Elles nous apprécient davantage. En retour, l’image qu’elles nous renvoient de nous-mêmes est plus valorisante. Par conséquent, on se sent mieux, tout simplement.

Acheter moins pour se sentir plus riche

Quand on court sans cesse après l’argent, c’est pour le dépenser illico. Par contre, ceux qui ont passé ce cap, au-delà du gain de temps appréciable, s’enrichissent également financièrement. Effectivement, passée la frénésie d’achat et donc de dépense, on voit son compte en banque se remplir gentiment mais surement.

Autre conséquence appréciable, quand on a un réel besoin de se procurer un bien, on dispose de plus de moyens pour y faire face. Cool, ça permet de ne pas stresser à se demander comment trouver l’argent nécessaire, combien de temps pour économiser… et comme vous le savez : le stress tue.

En achetant moins, on s’enrichie aussi et surtout de ces choses qui ont une grande valeur, une immense valeur. Un valeur si grande que l’argent ne peut les acheter. Avoir du temps pour soi, avoir du temps pour l’autre, c’est avoir du temps pour aimer, tout simplement.

Un texte écrit en collaboration avec Guillaume Besson du blog justebien.fr


Des centaines d’astuces et des conseils

pour prendre soin de soi

et de son chez-soi


Tenter l’expérience d’une consommation raisonnée peut apporter tant de choses, pour soi comme pour ceux qu’on aime, sans compter les bénéfices pour la planète, alors pourquoi s’en priver ? Dites-le autour de vous :  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *