Contre les violences conjugales : une astuce et un numéro à retenir

Si une femme vous montre un point noir sur sa main, elle peut être en danger. Ce signe distinctif volontairement apposé sur la paume de la main, doit alerter celui qui le voit, que celle qui le porte est victime de violences conjugales. N’hésitez pas à appeler le 3919 pour vous mettre en relation avec les services d’aide au victimes mis en place par le gouvernement.

violences conjugales

Contre les violences conjugales : une astuce et un numéro à retenir

L’OMS affirme que 30 % des femmes sont victimes de violences conjugales à travers le monde. Malgré toutes les campagnes de sensibilisation, beaucoup de femmes continuent de souffrir en silence de peur des représailles.

Pour lutter contre ce fléau, une femme anglaise victime de violences conjugales a décidé de créer un code pour que toutes les femmes puissent exprimer leur peur et leur angoisse, en toute discrétion. Le code est tout simple, il suffit juste de dessiner un petit point noir sur la paume de la main. Elle l’explique ainsi :

J’ai été agressée par mon ex. Je ne veux pas que d’autres femmes vivent ça… Toutes les femmes ont un eyeliner ou du mascara chez elles. Si la police ou des travailleurs sociaux viennent chez elles, elles peuvent aller aux toilettes, dessiner ce point noir, montrer leur paume à l’une des personnes présentes et l’effacer simplement en se frottant la main.

A l’occasion de la Journée Internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, qui s’est tenue le 25 novembre; le rapport annuel de l’ONDRP sur les éléments de mesure des violences au sein du couple en 2014 a été mis en ligne : consultable ici (format pdf).

Appel à l’aide en France : faîtes le 3919

violences conjugalesAlors si un jour, une femme vous montre un point noir sur sa main, ne paniquez pas et appeler le 3919 avant même d’appeler les services de police, sauf bien sûr si la situation revêt un caractère de danger imminent.

En effet il est préférable de laisser un professionnel de l’écoute apprécier la situation pour entreprendre des démarches appropriées, afin de ne pas mettre davantage en danger la victime.

D’ores et déjà, vous pouvez relayer ces informations dans votre entourage, pour que ce signe distinctif devienne un réflexe pour toutes les femmes victimes d’abus de la part de leur conjoint et, pour faire connaître le 3919.

Depuis 2014, ce numéro d’appel d’urgence pour les victimes de violences conjugales est en place. L’appel au 3919 est gratuit et fonctionne :

  • en semaine de 9h à 22h
  • le weekend de 9h à 18h

Les chiffres des violences conjugales en France

Selon une enquête de l’Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales (ONDRP), près de 2 % des femmes ont subi, en l’espace de deux ans, des violences physiques ou sexuelles de la part de leur conjoint ou ex-conjoint.

Voici des infographies donnant des chiffres et statistiques plus ou moins correspondantes les unes aux autres, selon les sources. A consulter pour se donner une idée de la situation :

Les hommes aussi sont victime

Pour ceux qui en doutaient encore, la violence conjugale fait également des victimes dans les rang de le gente masculine; en plus faible proportion toutefois, puisque 0,64% des hommes sont concernés par ce fléau. Pour les femmes la proportion s’élève à 1,84%.

De plus en plus d’hommes font entendre leur voix, selon l’association SOS Hommes battus, au moins 110.000 hommes seraient victimes de violences conjugales en France. D’année en année, ils sont en plus grand nombre. Il faut considérer toutefois cette augmentation constante, comme étant également (en partie) liée à une prise de parole plus facile. Les hommes violentés dans le couple ont moins honte de parler qu’auparavant.

Pauvreté et violence sont étroitement liées

Les femmes les plus pauvres sont aussi les plus violentées. Ainsi, parmi les femmes appartenant de la couche sociale la plus pauvre (les 10 % dont le revenu est le plus faible), la proportion de celles qui se sont déclarées victimes de violences est supérieure à 3,5 %. C’est le taux le plus élevé observé.

Dans la classe la plus aisée cette proportion est de 0,83%. Les femmes pauvres violentées sont quatre fois plus nombreuses que les femmes appartenant au milieu le plus aisé.

Nombre de victimes en hausse

D’après cette étude 12,5 personnes sur 1 000 (1,2 % de la population) déclarent avoir été victimes de telles violences. Ce qui, rapporté à la population totale, porte le nombre de victimes déclarées sur deux ans à 540 000. D’autre part :

  • En 2013 : 118 femmes et 25 hommes sont décédés sous les coups de leur conjoint.
  • En 2012 : 148 femmes et 26 hommes sont décédés.

Ces chiffres révèlent une augmentation alarmante de + 25,4% du nombre de femmes décédées des suites des coups et violences subies, d’une année à l’autre.

Encore trop peu de condamnations

Les condamnations pénales prononcées en 2010 pour « coups et blessures volontaires par conjoint » sont au nombre de 10.065. Un chiffres bien faible, rapporté au nombre de victimes reconnues (et on ne parle pas des autres…).

Les enfants victimes malgré eux

Par ailleurs, toujours en 2010, on déplore 13 enfants victimes de violences mortelles par un de leur parent. D’autre part 23 enfants ont été témoins d’un crime dans leur entourage familiale immédiat.

Consulter le rapport annuel de L’ONDRP:  « Éléments de mesure des violences au sein du couple en 2140 » (format pdf)

Sources: rougeframboise.com – planetoscope.com – docbuzz.fr et stop-violences-femmes.gouv.fr

Répandez cette astuce du point noir dans la main et le numéro d’appel à l’aide, partagez cet article sur les réseaux sociaux:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *