Expliquer la maladie mentale simplement aux enfants

Autiste, dépressif, bipolaire, schizophrène ou hyperactif : des situations compliquées liées à la maladie mentale d’un de ses membres se développent dans de nombreuses familles, sans qu’il soit toujours aisé d’en parler. Nos propres craintes et nos connaissances parfois limitées de la maladie mentale ne favorisent pas le dialogue pourtant nécessaire entre les membres du clan familial. Comment trouver les mots justes pour que mon enfant comprenne la situation, sans maladresse ?

maladie mentale

Expliquer la maladie mentale simplement aux enfants

Quand surgit la maladie mentale pour un membre de la famille, la vie de chacun en est bouleversée. Comment expliquer la situation à un enfant touché par la maladie, ou à celui dont un parent est malade ?

Ces situations sont souvent compliquées à traduire avec des mots, lesquels sont interprétés au travers d’un regard d’enfant. Des enfants qui de plus, sont souvent mis en difficulté par l’expression des symptômes liés à la maladie. Un support pédagogique bien pensé peut s’avérer être le complément de solution adapté.

Un roman jeunesse pour comprendre la maladie mentale

Il existe cinq petits livres, parus chez Oskar Editeur, qui permettent de comprendre ce qu’un enfant peut vivre quand il a un parent « différent ». C’est l’une des premières maisons d’édition jeunesse à lever le tabou et oser parler simplement de maladie mentale aux enfants et adolescents.

Les livres sont conçus sous la forme du journal de bord d’un ado qui explique son quotidien avec la maladie d’un membre de sa famille. Chacune des fictions est suivie par l’interview d’un spécialiste et d’une liste de sites et adresses utiles pour compléter ses connaissances.

Les trois premiers titres sont disponibles depuis mai 2015. Les deux suivants sont sortis plus récemment, venant compléter la collection « Pas de panique, c’est la vie !« . A proposer aux enfants dès l’entrée au collège.

 

« Mon père fait des montagnes russes dans sa tête – La bipolarité »

AUTEURS : Christine Deroin, Angélique Excoffier
Oskar jeunesse, collection Pas de panique, c’est la vie ! – Mai 2015
Roman à partir de 11 ans

maladie mentaleVictoire, 14 ans, écrit à Karine, sa tante. Elle lui confie ses joies, ses peines et surtout elle lui parle de son père. Alors qu’elle rêve de faire du shopping avec ses copines, cette ado se voit infliger des heures interminables de cours de musique par son père. Ce professeur de musique, a brusquement changé de comportement et d’humeur.

C’est sur une dispute à ce sujet que débute le roman. Son père sort de ses gonds, ce qui déstabilise Victoire, qui ne l’a jamais vu dans cet état : lui, si gentil d’habitude est devenu une personne agressive. Il s’enferme progressivement dans un mutisme et une dépression qui bouleversent la famille. Viennent ensuite les cris, les attitudes décalées, l’euphorie, les hallucinations… avant l’hospitalisation et le diagnostic d’un trouble bipolaire. Pour Victoire, cette maladie n’est pas facile à appréhender.

C’est à travers son échange de mails avec sa tante que l’on suit Victoire face au chaos paternel avant sa prise en charge. Les questionnements et états d’âme de Victoire et de sa tante sont ici exposés sans détour avec des mots simples et salvateurs.

  • A la fin de roman, pour aider le jeune lecteur, une interview du psychiatre Jean-Pierre Guichard. Il y expose en une vingtaine de pages les principales caractéristiques de la bipolarité.
  • Une liste des associations pour malades bipolaires et leurs familles (en Suisse, France, Belgique et Canada) et des références de films sur la bipolarité.

« Mon frère n’est plus connecté dans sa tête – La schizophrénie »

AUTEUR : Christine Deroin
Oskar jeunesse, collection Pas de panique, c’est la vie ! – Mai 2015
Roman à partir de 13 ans

maladie mentaleMathilde, 16 ans vient de s’acheter un beau cahier pour y poser les mots qui la taraudent : son frère, Jules, 20 ans vient d’être diagnostiqué schizophrène. Elle remonte dans ses souvenirs d’enfance pour se raconter ce frère qui lui a appris à faire du roller, à nager, tout ce qui est normal et attendu d’un grand frère. Elle décrit aussi le quotidien qu’elle vit avec ce « zombie crasseux, pas rasé et puant » qui vient d’abandonner la fac. La léthargie du frère, les efforts de leurs parents, les tentatives pour garder ce lien avec Jules… et enfin le premier rendez-vous avec un psychiatre.

Entre hospitalisations et acceptation du « nouveau Jules », Mathilde décrit l’évolution de ses sentiments et de son comportement pour accepter son frère tel qu’il est.

À travers le journal que Mathilde tient pour supporter l’épreuve qui les affecte elle et toute sa famille, l’auteur explique l’émergence de la maladie et sa prise en charge. Mais avec cette collection « Pas de panique, c’est la vie », le lecteur découvre que la vie continue et qu’on a aussi le droit d’être heureux même dans des circonstances difficiles. Le livre informe, alerte et montre tous les côtés de la maladie.

  • Pour mieux comprendre encore, un spécialiste explique en fin d’ouvrage ce qu’il faut savoir à propos de la schizophrénie.
  • Une liste de liens complètent ce livre que l’on peut proposer autant à des ados qu’à des adultes.

« Mon frère a une tornade dans la tête – L’hyperactivité »

AUTEUR : Christine Deroin
Oskar jeunesse, collection Pas de panique, c’est la vie ! – Mai 2015
Roman à partir de 13 ans

maladies mentalesLucas a 13 ans. Il est aussi calme et posé que son petit frère Baptiste est agité et turbulent. Pour lui, Baptiste est un mélange d’homme préhistorique et de martien, un être à part. A tout moment, Lucas tente de faire face aux débordements d’énergie de son frère de 8 ans qui peut être violent et agressif, avoir des comportements inadaptés, et inquiète les parents. Il dois aussi composer avec le regard des autres.

On découvre son ressenti face à chaque comportement du petit frère. Il dévoile au psychiatre – sans pudeur ni voyeurisme – ses états d’âme, les temps de calme qu’il savoure seul, ses espoirs, et la vie de la famille avant la prise en charge de son frère malade.

Le livre regorge d’anecdotes, de scènes significatives de l’hyperactivité et finit sur une note d’espoir pour toute la famille.

  • L’exposé du pédopsychiatre Gabriel Wahl en fin d’ouvrage éclaire avec justesse sur la maladie, sa prise en charge et son évolution.
  • Est présentée une liste des associations ( Suisse – France – Belgique – Canada) pour les familles et les malades souffrant de l’hyperactivité, ainsi qu’un questionnaire sur l’hyperactivité.

« Ma sœur n’a plus goût à la vie – la dépression des ados »

AUTEUR : Christine Deroin
Oskar jeunesse, collection Pas de panique, c’est la vie ! – Octobre 2015
Roman à partir de 12 ans

maladie mentale« Dans les dernières semaines, Emma, elle n’allait vraiment pas bien. Personne ne pouvait le nier. Mes parents étaient trop raisonnables, ils la sermonnaient, exigeaient qu’elle se ressaisisse, qu’elle se secoue et qu’elle sourie. Le sourire, ils étaient lourds avec ce mot… – Souris, Emma, tu as la vie devant toi. – Souris, tu es si jolie quand tu souris, tu n’as aucune raison de faire la tête. Et si elle en avait, des raisons, ma sœur ? » raconte la petite Lilou.

Elle ne comprend pas ce qui a pousse sa grande sur a vouloir mourir. Alors Lilou fouille la chambre d’Emma en quête d’indices : elle découvre sur son portable des messages d’insultes de la part de ses camarades de classe. Elle était harcelée au collège. Lilou met aussi la main sur une bouteille de vodka cachée au fond d’un tiroir.

Emma est en depression et cherche a se détruire en s’automutilant le ventre. Pour Lilou, cette maladie n’est pas facile à appréhender…

  • Une partie documentaire avec  un texte redigé par Dr Laure Chandellier, pedopsychiatre et praticien hospitalier au sein des hopitaux de Paris, décrivant la maladie, les comportements à risque, les symptômes, les traitements.

« Mon frère, mon enfer, mon bel enfer – L’autisme »

AUTEURS : Christine Deroin, Sandrine Andrews
Oskar jeunesse, collection Pas de panique, c’est la vie ! – 22 avril 2016

maladie mentaleGarance, 14 ans, aimerait bien vivre comme toutes les adolescentes de son âge. Malheureusement son quotidien et celui de ses parents est rythmé par Adam, son petit frère.

Adam a des crises qui mettent toute la famille KO ! un cauchemar pour Adam évidemment, mais pour tous ses proches aussi.

Adam n’est pas fou, ni « mongol » comme le pense Hugo, un des camarades de classe de Garance. Adam est autiste et pour Adam, Garance et toute sa famille, cette maladie est un enfer.


Faites connaître autour de vous ces livres qui peuvent rendre service à des enfants en difficulté face à la maladie mentale. Partagez cet article : 

6 Commentaires

  1. Retour PingExpliquer la maladie mentale simplement aux enf...

  2. La maladie mentale est actuellement un problème sanitaire en France, il faut arrêter de soigner avec des médicaments et supprimer les hôpitaux publics, il faut des psychiatres qui utilise l’empathie et la parole. Ce ne sont pas des « malades mentaux » seulement des personnes en difficultés, il ne faut pas donner des noms tel que bi polaire, squizophrène, ce qui effraie la famille et le patient, l’esprit de masse surtout en France, stigmatise trop facilement. Beaucoup trop d’erreurs de la part des psychiatres du public qui remplissent les hôpitaux et tout ça pour des raisons liées à l’argent et à la politique. J’ai fait l’expérience douloureuse avec mon fils qui est guéri, il n’avait qu’un gros « burn out ». La France est dans l’obscurantisme du 18 iè siècle en ce qui concerne la maladie mentale…………

  3. A force de faire de la psychopathologie partout et non de la psychologie , on met des enfants, des ados, des adultes dans des cases….ils sont différents (de la norme) et donc non soignable car pas malade…
    Croyez vous possible de soigner un blanc pour qu’il rentre dans la norme (des gens de couleurs) et inversement ?
    La seule maladie a traiter c’est la bêtise et l’ignorance

  4. Bonsoir,

    Comment se procurer le livre sur l’hyperactivité??
    Sur un site internet ?
    Merci de votre aide.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *