S’occuper de leurs petits-enfants est bénéfique pour les grands-mères

Selon une étude scientifique, les grands-mères qui consacrent du temps à leurs petits-enfants sont en meilleure santé que les autres. S’il s’avère que cette activité familiale est très vertueuse dans la plupart des cas, attention cependant aux excès de fatigue. Il est important que les personnes âgées disposent également de temps pour faire d’autres activités plus calmes.

grands-mères

S’occuper des petits enfants est bénéfique pour les grands-mères

Les grands-parents jouent souvent un rôle fondamental dans le noyau familial. Leur dévouement et leur bienveillance sont d’un grand soutien pour leurs enfants et leurs petits-enfants. Depuis toujours, on sait qu’il existe un lien étroit entre les petits-enfants et les grands-parents, notamment car ils partagent d’innombrables moments de complicité, sans avoir cette exigence éducative des parents : une place de choix !

Ce lien qui existe entre les deux générations a encore plus d’incidence qu’on ne le croyait jusqu’à présent. Car en plus de générer du bien-être, il aurait également certains bienfaits sur la santé physique et mentale des grands-mères.

Ainsi, une récente étude publiée dans la revue de la Société Nord Américaine de la Ménopause, a révélé que le fait de s’occuper de ses petits-enfants peut aider à prévenir la détérioration cognitive et les maladies chroniques comme Alzheimer et la démence sénile.

L’étude réalisée avec 186 grands-mères

grands-mèresJonathan LaPook, spécialiste de de la maladie d’Alzheimer et de la démence sénile, a déterminé à travers une étude portant sur 186 australiennes âgées de 57 à 68 ans ; que les grands-mères bénéficient énormément des moments passés au contact des petits-enfants, ce qui favorise leurs capacités intellectuelles.

Des grands-mères à qui on a demandé combien de temps elles passaient avec leurs petits-enfants, ont été soumises à différents tests d’acuité mentale. Parmi ces femmes, 120 ont assuré passer au moins un jour par semaine avec leurs petits-enfants, et ce sont précisément elles qui ont obtenu les meilleurs résultats aux tests.

L’explication viendrait du fait de devoir faire preuve d’une certaine exigence physique et émotionnelle. Cela influence positivement les différents processus cérébraux, ainsi que diverses fonctions de l’organisme qui profite du surcroît d’activité physique nécessaire pour s’occuper des enfants.

Un peu mais pas trop

Cependant pour que les bienfaits soient optimaux, le temps accordé aux petits-enfants doit être modéré. S’il est excessif, la situation risque de produire l’effet inverse. La fatigue physique et le stress que cette situation peut engendrer s’avérant plus néfaste que bénéfique.

En effet, celles qui ont dit s’occuper de leurs petits-enfants au moins cinq jours par semaine, ont eu les pires résultats aux tests évaluant la mémoire et le processus de déduction logique. Ces journées à répétition aux contact des petits-enfant font ressentir aux grands-mamans combien les enfants peuvent être exigeants, demandant une énergie soutenue parfois difficile à fournir tant mentalement que physiquement.

Ainsi, les chercheurs ont conclu que l’humeur joue un rôle important pour qu’il y ait des bénéfices dans cette relation. Bien que l’on ait pu examiner le lien entre les capacités intellectuelles et les activités sociales, c’est la première fois que l’on s’intéresse à ces éventuels bienfaits pour les femmes adultes ou post-ménopausées.

Selon le Dr Gass, directeur exécutif de la Société Nord Américaine de la Ménopause :

Etre grand-mère est une fonction sociale importante et fréquente chez les femmes post-ménopausées, c’est pour cela qu’il est nécessaire de connaître ses effets sur la santé.

Le rôle des grands-parents dans la vie de leurs enfants

Pour les grands-parents, les petits-enfants sont une source de satisfaction, car ils n’ont pas d’obligation d’éducation et ils n’ont qu’à leur apporter de la tendresse et quelques enseignements de la vie. Les enfants reçoivent ainsi de l’amour et construisent une relation bienfaisante qui n’est possible avec personne d’autre.

C’est un échange : les grands-parents parviennent à se détendre en prêtant attention aux jeux et aux réussites de leurs petits-enfants, ces derniers apprécient la présence d’adultes qui leur apportent de la confiance et avec lesquels ils passent d’agréables temps de jeu. Tant que les choses restent dans un cadre bienfaisant, tout va bien.

Mais certains grands-parents sont sollicités, parfois trop souvent, par leurs enfants qui peuvent ainsi se consacrer davantage à leur travail. Cependant, il faut être conscient de la nécessité de pouvoir consacrer du temps à d’autres activités, qui génèrent du plaisir au moment de la vieillesse, et qui ont un rôle important dans la santé physique et émotionnelle.

source : amelioretasante.com

Un Commentaire

  1. Retour PingLes grands-parents ont un doctorat en amour option bienveillance appliquée

Les commentaires sont clos.