La marmite norvégienne pour cuisiner en économisant l’énergie

La marmite norvégienne sert à cuire les aliments sans nouvel apport d’énergie. Aussi appelée cuiseur thermique, cet outil de cuisson est meilleur pour l’environnement, bon pour les papilles et de surcroît économique. Oui, pour réaliser de bons petits plats mijotés, il est tout à fait possible de cuisiner en économisant une bonne partie de l’énergie normalement consacrée à la cuisson des aliments.

marmite norvégienne

La marmite norvégienne contre le gaspillage énergétique

En cuisant nos aliments, nous gaspillons beaucoup d’énergie. En effet une part importante de la chaleur produite pour la cuisson s’échappe à l’air ambiant. Ainsi, pour compenser ces pertes, il est nécessaire d’amener un apport constant de chaleur pour que la cuisson se fasse correctement.

Est-ce une fatalité ? Et bien non, la marmite norvégienne évite ce gaspillage. La marmite norvégienne est une invention qui ne date pas d’hier ni même d’avant-hier, puisqu’elle existe depuis 1870 en Norvège.

Elle se compose généralement d’une marmite en fer battu étamé et d’une boîte se refermant. La caisse est composée de matériaux très isolants comme le liège, la laine, le foin, le feutre, une couverture, etc. C’est dans cette boîte que le plat, dont la cuisson a été commencée sur la feu, va continuer à cuire. Mais cette fois sans aucun apport d’énergie supplémentaire. Un procédé astucieux qui permet d’économiser au moins 50 % de l’énergie habituellement consacrée à la cuisson.

Le principe de rétention de la chaleur

La Marmite Norvégienne tire parti des 3 modes de transmission de la chaleur :

  1. La conduction (par contact) évitée grâce à l’isolation des parois (liège, papiers journaux, lainages, etc.)
  2. La convection (par brassage de l’air) rendue impossible grâce à la suppression des espaces vides dans la caisse, le carton ou le panier.
  3. Le rayonnement, grâce à un réflecteur d’infra-rouges qui renvoie la chaleur radiante vers le plat de cuisson. Pour cela les parois intérieures sont tapissées de papier-aluminium par exemple. Ce dernier point n’est cependant pas indispensable, mais augmente encore l’efficacité du processus de cuisson.

Le principe de la marmite norvégienne est simple : en évitant les déperditions de chaleur, la température intérieure ne va décroître que très lentement, permettant au plat de terminer sa cuisson sans feu.

Un procédé astucieux, écolo et économique

Le procédé de la marmite norvégienne repose donc sur le prolongement passif de la cuisson qui se termine à l’étouffée, sans recours à un moyen de chauffage supplémentaire :

  1. On commence la cuisson des aliments dans une cocotte de façon tout a fait conventionnelle
  2. Puis, tout juste ôtée du feu, on emmitoufle la marmite dans une caisse fermée pour la garder au chaud
  3. Notre plat finit de cuire lentement de manière autonome et sans nouvel apport d’énergie

La marmite norvégienne, caisse fermée et isolée, est ainsi capable de retarder avec efficacité le refroidissement de la cocotte. La déperdition de chaleur est considérablement réduite. La marmite  conserve alors la quasi totalité de la chaleur emmagasinée sur le feu précédemment. Ainsi, la cuisson des aliments se poursuit gentiment dans le temps. Cette technique est idéale pour les plats qui doivent mijotés longtemps ou pour ceux qui cuisent à l’étouffée.

Les avantages de la marmite norvégienne

  • Convient parfaitement aux plats mijotés et cuits à l’étouffée
  • Une cuisson saine, douce et lente qui préserve toute la saveur et les nutriments
  • On ne change rien à la façon de préparer la recette
  • Pas besoin de surveiller, ça ne déborde pas, ne colle pas, ne brûle pas !
  • Pas de risque d’évaporation ou encore de cuisson oubliée
  • Enfin, et ce n’est pas rien : réduction importante de la consommation d’énergie (gaz et/ou électricité).

Les choses à savoir sur le mode de cuisson passif à l’étouffée

Le passage par le stade de l’ébullition est indispensable pour que le plat puisse continuer de cuire à température décroissante. Attention de ne pas vous brûler en sortant votre plat de la marmite norvégienne. Vous risquez en effet d’être surpris(e) par la température de votre cocotte ainsi conservée au chaud dans sa boîte.

Si la marmite norvégienne présente bien des avantages, il faut cependant être prévoyant. En effet, il faut anticiper quelque peu la préparation de son plat, car les temps de cuisson sont rallongés (voir tableau).

D’autre part, la marmite norvégienne ne convient pas pour des cuissons à basse température. Pour les plats gratinés, il sera nécessaire de les repasser quelques minutes au four sous le grill, une fois la cuisson à l’étouffée réalisée.

Dernier point à ne pas négliger : on  ne laisse pas son plat plus de 2 heures dans la marmite norvégienne, pour éviter la prolifération de bactéries.

marmite norvégienne

La marmite norvégienne championne de la cuisson sans énergie

Pour vous convaincre de son utilité, voici quelques exemples de cuisson :

source : un article de J.P Blugeon, paru dans « la Maison écologique » n°15

eau

ébull.

durée classique

durée marmite

durée en +

énergie en –

P. de terre coupées 2kg

2 l.

1 mn.

25 mn.

30 mn.

20%

50%

Poireaux fendus 2 kg

2,5 l.

1 mn.

25 mn.

40 mn.

60%

50%

Carottes coupées 0,3 kg

0,5 l.

1 mn.

30 mn.

50 mn.

65%

50%

Riz demi-complet 0,5 kg

1 l.

1 mn.

20 mn.

30 mn.

50%

40%

Lentilles vertes 0,25 kg

1 l.

5 mn.

45 mn.

90 mn.

110%

70%

Haricots secs coco 0,5 kg

1,5 l.

15mn.

90 mn.

130 mn.

55%

50%

Bœuf bourguignon 3 kg

5 mn.

120 mn.

150 mn.

30%

75%

Fabriquez soi-même sa marmite norvégienne

Certes, vous pouvez acheter un cuiseur thermique dans le commerce. Mais il est également tout à fait possible de le fabriquer soi-même. C’est bien plus économique, écologique et… gratifiant ! Cela permet de recycler les matériaux dont on dispose chez soi. Les nombreuses variantes de marmites norvégiennes  vous laissent un large éventail de choix (matériau, taille, forme…).

Vous pouvez aller au plus simple dans la fabrication de votre marmite norvégienne, il n’y a rien de très compliqué. Et pour les plus bricoleurs, vous pouvez vous faire plaisir en réalisant un bel objet un peu plus sophistiqué. Certain(e)s réaliseront une caisse en bois, quand d’autres pourront coudre une belle poche isolante. Quelque soit votre choix, sachez que la fabrication basique est à la portée de tous.

1. Choisir son ustensile de cuisine

Choisissez dans vos placards une cocotte, un faitout en fonte ou en inox avec un couvercle qui ferme bien. Notez que vous pourrez parfaitement changer de marmite selon vos besoins du moment, à condition d’être prévoyant pour les dimensions de votre boîte/contenant. N’oubliez pas de combler les vides d’air, par exemple, en entourant votre cocotte d’une serviette éponge.

2. Réutiliser et convertir un meuble ou des objets pour le contenant

Optez pour des dimensions pouvant accueillir les cocottes dont vous vous servez pour la cuisson de vos plats. Une caisse en bois, un carton solide, un coffre, une glacière, un panier, un bac à linge, une malle, une valise rigide, un meuble fermé, etc. Les possibilités sont nombreuses.

3. On isole le contenant

Le contenant doit être capitonné à l’intérieur avec un matériau isolant destiné à conserver la chaleur.
Il faut bien isoler tous les côtés, couvercle compris, pour que la chaleur reste à l’intérieur. Les matériaux utilisés ne doivent pas craindre la chaleur, là encore de nombreuses possibilité s’offrent à vous :

Isolant au choix : couette, édredon, couverture, plaid, sac de couchage, laine, mousse, housse de table à repasser, chanvre, sacs de jute, plaques de lièges, galettes de chaises, couverture de survie, pare-soleil, journaux, etc.

Disposer ensuite une couche de matériau réflecteur (en option) tel que du papier aluminium pour augmenter l’efficacité du dispositif.

4. Stabiliser le fond

Le contenant doit être stable pour éviter les renversements. Disposez pour cela un sous-plat, en liège ou en bois, dans le fond de la caisse, sous la marmite, afin d’en assurer la stabilité.

Mon astuce rapide : Prenez 2 boîtes en carton dont l’une peut se loger dans l’autre. Comblez l’espace entre les 2 cartons avec une matière isolante. Placez une planche de bois au fond. Le tour est joué : votre  marmite norvégienne est prête en deux temps trois mouvements ! Placez ensuite votre cocotte chaude dans le petit carton en l’entourant d’une serviette ou d’un linge pour combler l’espace vide.

Un texte de Sophie Guittat

Téléchargez le fichier en pdf (imprimable) : 

RECETTES ET ASTUCES
POUR CUISINER EN ÉCONOMISANT
AU MOINS 50% D’ÉNERGIE
AVEC LA MARMITE NORVÉGIENNE

Des infos sur les temps de cuisson et conseils de fabrication :

le fichier pdf  proposé par « LES AMIS DE LA TERRE »

Pour les adeptes de la couture, voici un patron : 

MARMITTE NORVÉVIENNE,  MON AMIE

Sources et références : marmite-norvegienne.com – amisdelaterre.belamaisonecologique.compasserelleco.info

Permettez à chacun de faire des économies d’énergie pour préserver l’environnement en faisant connaître la marmite norvégienne :  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *